Les jurys de concours des ingénieurs et vétérinaires du ministère de l’agriculture en 2013 et 2014

 

vertjurys

Les jurys de concours des ingénieurs et vétérinaires du ministère de l’agriculture en 2013 et 2014

Les jurys des concours d’entrée aux corps d’Ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts (IPEF), des Inspecteurs de la santé publique vétérinaire (ISPV) et des Ingénieurs de l’agriculture et de l’environnement (IAE), ont la particularité d’être présidés par un membre du CGAAER. Pour le concours IPEF, la présidence de jury est assurée par le CGEDD en alternance d’une année sur l’autre.

Le président a des fonctions variées selon les concours. En général, il participe à la formation du jury, coordonne et valide les sujets écrits (pour admissibilité des IAE et ISPV), anime le jury, définit la grille d’évaluation, participe au jury, rédige les éventuels retours aux candidats et rédige le rapport du jury.

Par ailleurs, d’autres membres du CGAAER participent aux jurys, ce qui représente environ 1,3 ETP (équivalent temps plein) d’activité annuelle.

Diverses modalités d’entrée sont prévues selon les corps : concours réservé, concours interne, concours externe, examen professionnel…

En 2013, 8 postes d’IPEF, 22 postes d’ISPV et 107 postes d’IAE (dont les 24  ;postes de la session unique 2013-14 pour l’examen professionnel) étaient ouverts.

En 2014, 8 postes d’IPEF, 22 postes d’ISPV et 122 postes d’IAE (dont les 23  ;postes de la session unique 2013-14 pour l’examen professionnel) sont ouverts.

IAE (Ingénieur de l’agriculture et de l’environnement)
En 2013 et 2014, la présidence a été exercée par Jean-Marc Vallauri.

Pour le concours réservé et l’examen professionnel, l’admissibilité se fait sur épreuves écrites, et l’admission se fait sur entretien. Les modalités du concours interne et de l’examen professionnel sont susceptibles d’évoluer. Une mission exploratoire a été confiée à cet effet au CGAAER.

IPEF (Ingénieur des ponts, des eaux et des forêts)
La présidence du jury était cette année confiée à Sophie Villers. Un autre membre du CGAAER a participé au jury.

L’admissibilité au concours se fait sur examen de dossiers de candidature préalablement envoyés aux membres du jury, avec prise en compte des acquis de l’expérience professionnelle, des mobilités réalisées avec succès, de la qualité des postes occupés, des expertises reconnues. Le dossier comprend également une lettre de motivation pour l’accès au corps, ainsi que les avis des directeurs des administrations, services ou établissements, et des responsables d’harmonisation.
Avant l’épreuve d’admission qui suit, le président du jury, en concertation avec son homologue de l’autre Conseil général, recueille les propositions de questions des membres du jury. Il veille à faire respecter un équilibre entre des sujets techniques et des sujets de procédures de politique publique.

L’épreuve d’admission (en octobre) comprend deux parties d’une durée égale : un exposé du candidat et une question du jury. La première partie permet d’apprécier la qualité du parcours professionnel et les compétences acquises au cours des différentes étapes de la carrière du candidat, mais aussi ses capacités d’adaptation. Dans la seconde partie, le candidat dispose de 20  ;minutes de préparation pour répondre à une question posée par le jury.

ISPV (Inspecteur de la santé publique vétérinaire)
Le jury est présidé par Loïc Gouello. Il compte 7 autres membres du CGAAER et des professeurs de langue ou de l’enseignement supérieur agricole, sur les 18 membres titulaires.

La pression de sélection est différente selon les concours. Elle est faible pour les concours ouverts aux étudiants.

L’admissibilité se fait sur épreuves écrites avec une quadruple correction. Pour les concours étudiants et professionnels, le niveau est homogène et très satisfaisant. Pour les concours interne, externe et réservé, plus de la moitié des copies sont insuffisantes sur le fond comme sur la forme.

L’admission repose sur une épreuve orale. Le jury élabore les questions qui doivent permettre d’évaluer la motivation, les aptitudes, les connaissances requises. Cet entretien est complété d’une épreuve de langue pour les concours externe et interne.

La parité femmes-hommes varie selon les années. Elle révèle cependant une importante féminisation du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire. En 2013, 87 femmes/40 hommes pour les candidats présents et 21/1 pour les lauréats. En 2014, 52/37 pour les candidats présents et 14/8 pour les lauréats.

Les résultats en chiffres

IAE

IPEF
Le nombre et les origines des candidats varient selon les années.

En 2013 :
57 candidats (33 ingénieurs des travaux publics de l’État (ITPE), 19 ingénieurs de l’agriculture et de l’environnement (IAE), 3 ingénieurs des travaux de la météorologie (), 2 ingénieurs des travaux géographiques et cartographiques de l’État (ITGCE) dont 11 candidates  ;;
21 admissibles ; 8 reçus (4 ITPE, 3 IAE, 1 ITM).

En 2014 :
53 candidats : 34 ITPE, 9 IAE, 4 ITM, 3 AC (Aviation civile), 2 ITGCE, 1 IR (ingénieur de recherche) dont 21 candidates  ;;
20 admissibles ; 8 places (en cours).

ISPV


Logo abonnement
S'abonner à La lettre du CGAAER

Voir aussi