Le rapport d'activité 2018 du CGAAER vient de paraître

Le CGAAER a eu le plaisir, en 2018, d'accueillir un nouveau président, Didier Guillaume, qui lui a fait l'honneur d'une intervention en assemblée générale.

En 2018, le CGAAER, comme l'ensemble du ministère en charge de l'agriculture, a été mobilisé sur la suite des États généraux de l'alimentation (EGA) et de la Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (EGAlim).

Des membres du CGAAER ont ainsi accompagné les filières qui le souhaitaient en appui à l'élaboration des plans de filière, et maintenu une veille active sur les évolutions des filières. Concernant directement les préoccupations de nos concitoyens, demandeurs d'une alimentation saine, sûre et durable, de nouvelles missions ont été confiées au CGAAER, à l'instar de celles portant sur la réduction des produits phytosanitaires et le bien-être animal.

Au total, avec plus de 200 missions nouvelles en 2018, s'ajoutant aux missions en cours au 1er janvier 2018, le CGAAER a maintenu une activité élevée.

Alors que l'accent est mis sur la nécessité pour les administrations centrales de ne pas se couper du terrain, les missions du CGAAER, qui génèrent en moyenne une centaine de déplacements sur le terrain tous les mois, sont des vecteurs privilégiés d'une écoute active des territoires. Telle est la caractéristique des missions concernant les territoires, à l'exemple des missions sur les zones intermédiaires, la gestion quantitative de l'eau. Nous avons aussi accompagné l’«Ambassadeur» du Grand plan d'investissement, pour son volet agricole, dans une tournée nationale qui s'est conclue début 2019 dans les Outre-mer.

L'Europe et l'international aussi ont nourri notre activité, qu'il s'agisse des conséquences du Brexit sur les services de contrôle sanitaire ou les effets potentiels de l'accord CETA sur les filières agricoles sensibles.

Je mentionnerai enfin la participation active du CGAAER à la modernisation de l'action publique, dans le cadre du programme « Action publique 2022 », et du plan de transformation ministériel, mais aussi l'examen, comme chaque année, de l'organisation et du fonctionnement des directions départementales interministérielles, et les travaux réalisés sur les chambres d'agriculture, préalables au contrat d'objectif qui sera élaboré en 2019.

La première partie de ce rapport présente les faits marquants de l'année. La deuxième retrace l'activité des sept sections qui composent le conseil général. La dernière partie vous permet de découvrir le détail des missions accomplies et rapports remis.


Alain Moulinier, vice-président du CGAAER

À télécharger :

Rapport d'activité 2018 du CGAAER (PDF, 2.42 Mo)