28 octobre 2022 Publication

La production d’escargots en France

  • Anne Dufour
  • Patrick Falcone

Le CGAAER a été chargé d'examiner les possibilités de développement de l'héliciculture française.

Bandeau de la lettre du CGAAER du mois d'octobre 2022

 

élevage d'escargots en extérieur sous un filet
Les escargots de la clarence

Rapport de mission de conseil n° 21130

Juillet 2022

Enjeux :

L’escargot est un emblème de la gastronomie française mais il est, à plus de 90 %, ramassé dans la nature à l’étranger, notamment en Roumanie et en Turquie.

La France dispose de potentialités pour développer l’héliciculture. Cependant ce potentiel n’apparait pas valorisé et structuré. Le CGAAER a été chargé d'examiner les conditions de ce développement notamment pour gagner des parts de marché sur les escargots importés.

Méthodologie :

La mission a procédé par entretiens. Elle a rencontré les quatre principales organisations d’héliciculteurs, plusieurs acteurs économiques de la filière (industriels conserveurs, fournisseurs d’aliments…), ainsi que les institutions concernées (administrations, organismes de recherche ou de développement).

Elle a également réuni des informations sur la situation dans quelques pays exportateurs.

Résumé :

L’élevage de l’escargot, ou héliciculture, s’est développé en France dans les années 1970. L’INRAE et l’ITAVI ont accompagné son essor. Or, depuis quelques années, la production nationale stagne et la filière reste très peu connue des pouvoirs publics.

Cette petite filière souffre d’un défaut de visibilité. Le manque fréquent de professionnalisme des éleveurs nouvellement installés, la disparition de l’encadrement technique et les difficultés liées au changement climatique pénalisent l’essor de cette activité.

La mission recommande :

  • Que les héliciculteurs se regroupent au sein d’une organisation nationale, quel que soit son statut ou sa forme ;
  • De faciliter l'émergence de cette organisation nationale en soutenant financièrement tout projet d’animation qui en proviendrait ;
  • D’inviter l’ITAVI à réinvestir le champ de l’héliciculture et à suggérer aux chambres d’agriculture d’animer des collectifs d’héliciculteurs dans les régions de production, dès la mise en œuvre de l'organisation nationale ;
  • De proposer à FranceAgriMer la création d'un comité « escargots » rattaché au conseil spécialisé « viandes blanches » dès lors que les professionnels concernés en auront émis le souhait ;

D’ajuster en tant que de besoin l’offre de formation des trois centres de formation pour relancer la production française de naissains.

À télécharger