Développement économique, commercialisation... la filière horticole à la loupe
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

La filière horticole se caractérise par des métiers et des productions très diverses. Le secteur de l’horticulture ornementale se compose de 4 branches d’activités spécialisées ayant chacune les caractéristiques particulières à tous les niveaux de la filière : fleurs et feuillages coupés, plantes en pot et à massif, végétaux de pépinières et bulbes à fleurs.

L’horticulture ornementale est l’un des secteurs les plus employeurs de mains d’œuvre en agriculture et génère 160 000 emplois directs et indirects pour un chiffre d’affaires total de la filière d’environ 8 milliards € (incluant végétaux, travaux et fournitures).

L’activité horticole porte essentiellement sur le marché intérieur français et la zone d’influence géographique des producteurs français reste très nettement orientée sur les marchés locaux (notamment en lien avec la vente directe pratiquée par de nombreux producteurs) et régionaux (rayon de 200 km). Les ventes dans un rayon inférieur à 200 km représentent en cumul plus des deux tiers des ventes de végétaux de l’ensemble des producteurs français.

La gamme de produit proposée par les producteurs français est largement diversifiée. Les ventes de plantes en pots et à massifs représentent environ 38% du chiffre d’affaires total des ventes de végétaux à l’échelle nationale, devant les végétaux de pépinières qui pèsent pour 1/3 de la valeur commercialisée.
La production française horticole bénéficie de signes de reconnaissance de la qualité, de l’éco-responsabilité et de l’origine

La production horticole en chiffres

Le poids de l’horticulture dans la production agricole représente, toutes productions ornementales confondues, 1,4% du nombre total des exploitations agricoles et 6,8% de la valeur des livraisons des produits de végétaux. Ainsi, ce sont près de 3 600 entreprises de production qui exercent aujourd’hui leur activité sur plus de 15 400 hectares dont 1 630 hectares couverts, pour un chiffre d'affaires de la production de 1,2 milliard € en 2015.

Les circuits de commercialisation

L’aval du secteur mobilise 20 000 entreprises spécialisées dans la distribution et la commercialisation de fleurs et plantes ornementales (fleuristes, jardineries, graineteries, fleuristes de marché) et plus de 28 600 entreprises du paysage (entrepreneurs paysagistes, reboiseurs, engazonneurs, élagueurs…).
Pour les entreprises de production, les modes de commercialisation sont multiples (vente directe aux particuliers, grossistes, grande distribution spécialisée ou généraliste, marché du paysage (entreprises du paysage, collectivités, donneurs d'ordre privés)...
Le commerce horticole comprend un secteur de gros, intermédiaire entre production et commerce de détail et un secteur de détail qui approvisionne directement le consommateur final.

  • La fonction commerciale de gros existe principalement dans le secteur de la fleur coupée. Près de 1020 entreprises de commerce de gros en fleurs et plantes, semences de fleurs et plantes réalisent 1,4 milliard d’euros HT de chiffre d’affaires. Dans les autres secteurs, cette fonction est assurée par les producteurs-acheteurs-revendeurs. Elle peut s'exercer sur ou hors marché de gros. Pour le secteur du paysage, des négociants non producteurs assurent une partie de l’approvisionnement des marchés.
  • Le commerce de détail représente environ 90% des ventes de détail en fleurs, plantes et végétaux d'extérieur, le reste étant assuré par la vente directe des producteurs. Principaux acteurs de la vente au détail les jardineries et graineteries (1 675 points de vente en 2014 - 2,9 milliards d’euros HT de CA - 20 300 salariés) restent leaders pour la vente de végétaux d'extérieur. Les détaillants en boutiques se concentrent sur la vente de fleurs et plantes comme les fleuristes en boutique indépendante ou sur éventaires et marchés. Ils représentent 15 104 entreprises, pour un chiffre d’affaires estimé à 1,97 milliard d’euros HT.
  • Le commerce non spécialisé telles les grandes surfaces alimentaires, les grandes surfaces de bricolage et les libres-services agricoles (1 730 points de ventes) vendent régulièrement ou occasionnellement des fleurs, plantes et/ou végétaux d'ornement.

Des chartes pour la promotion des produits horticoles

À titre d'exemple, deux chartes ont été signées en 2017 :

  • En région Auvergne-Rhône-Alpes le 15 février 2017 : signature de la charte pour l’achat local « Horticulteurs, paysagistes et collectivités s’engagent » : l’objet de cette charte est de favoriser un approvisionnement local, de qualité et responsable dans la réalisation des aménagements paysagers des collectivités d’Auvergne-Rhône-Alpes. Les acteurs de la filière horticole et paysagère s’engagent avec les collectivités locales dans une nouvelle dynamique pour soutenir l’ancrage territorial et le développement économique de cette filière dans notre région.
    Plus d'infos sur le site de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes
  • En région Pays de la Loire : cette charte résulte d’un travail engagé afin de favoriser un approvisionnement local, de qualité et responsable dans les aménagements paysagers des collectivités des Pays de la Loire. Le but est également de soutenir le développement économique et l’ancrage territorial fort de cette filière en Région Pays de la Loire.

Agenda - Les grands rendez-vous de l'horticulture

Les deux grands salons dédiés la filière horticole sont :

  • le Salon paysage, jardin et sport, Paysalia du 5 au 7 décembre 2017 à Lyon ;
  • le Salon du Végétal du 19 au 21 juin 2018 à Nantes.

En 2022, le Congrès mondial de l'horticulture se tiendra à Angers.