22 juillet 2022 Info +

Création des emplois d’ingénieurs ou inspecteurs généraux chargés de projets territoriaux (IGT) : bilan des deux premières années d’exercice

En réponse aux circulaires du Premier ministre de juin 2019 sur la transformation de l’action publique, le ministère a décidé début 2020, sur une suggestion du CGAAER, de créer des postes spécifiques dans l’objectif de renforcer sa capacité d’ingénierie territoriale. Un courrier du ministère aux préfets de région du 2 janvier 2020 a acté la création d’emplois d’ingénieurs ou inspecteurs généraux chargés de projets territoriaux (IGT) placés dans les DRAAF/DAAF pour accompagner des dossiers à fort enjeu.

Les offres, publiées au fil de l’eau dans les notes de mobilité du ministère, sont proposées pour une durée de 2 à 3 ans. Ces postes sont portés sur les emplois du CGAAER.

Positionné auprès de la directrice ou du directeur de la structure où il est nommé, l’IGT apporte un appui pour la prise en compte des enjeux agricoles, alimentaires et forestiers de certains grands projets structurants d’envergure départementale, régionale ou nationale.

Les IGT peuvent participer aux groupes de travail du CGAAER, leur réseau est suivi par le groupe de travail Territoire et ils peuvent assister aux assemblées générales.

Six IGT sont actuellement en poste, chargés de sujets très diversifiés :

  • Élisabeth Lescoat, à la DRIAAF Ile-de-France, accompagne les établissements d’enseignement agricole aux transitions impulsées par les politiques publiques dans les filières professionnelles auxquelles forme l’enseignement agricole au travers de la déclinaison régionale du plan national « Enseigner à produire autrement, pour les transitions et l’agroécologie ».
  • Pierre Aubert suit à la DRAAF Grand Est les enjeux agricoles et sylvicoles liés au déploiement des dossiers Cigéo et Parc national des forêts, et contribue au projet structurant « équilibre sylvo-cynégétique et appui à la filière forêt - bois » porté par la préfète de région.
  • Hervé Simon pilote à la DRAAF Bretagne une réflexion autour de la gouvernance du plan Écophyto :

- intégrer, dans la dynamique Écophyto, l’amont et l’aval de l’agriculteur au travers notamment des actions des coopératives agricoles et de l’industrie agro-alimentaire,

- faire en sorte que l’enseignement agricole soit acteur du dispositif,

- consolider la démarche de chaque agriculteur au travers du conseil phytosanitaire.

  • Thierry Turlan, à la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes, travaille avec tous les acteurs de la filière bovine allaitante du Massif central dans l’objectif d’améliorer sur le long terme le revenu des éleveurs en suscitant des démarches de meilleure valorisation de la viande, tout en contribuant activement aux réflexions sur les évolutions de l’élevage bovin allaitant rendues obligatoires par le changement climatique et l’évolution du contexte de consommation.
  • Pascal Bergeret est chargé à la DRAAF Occitanie d’une double mission. La première concerne l’adaptation de l’agriculture régionale au changement climatique en lien avec les dynamiques impulsées en région par le Varenne de l’eau et du changement climatique. La seconde mission est l’appui à l’export des entreprises régionales du secteur agri-agro, en complémentarité des dispositifs régionaux en place.
  • Jean-Luc Bernard-Colombat, à la DAAF de Mayotte, a pour mission d’accompagner l’élaboration du nouveau plan régional d’agriculture durable et de dynamiser la mise en œuvre des actions issues des États généraux de l’agriculture de Mayotte finalisés en 2020. Ces actions se déclinent selon trois thématiques : les marchés informels et les enjeux de structuration des filières ; le foncier et l’eau. Il accompagne en outre les réflexions sur l’éventuelle création d’un institut technique agricole à Mayotte centré sur le maraîchage et l’agroforesterie.

L’analyse du dispositif après deux années de fonctionnement démontre son intérêt. Les IGT suggèrent de le consolider en améliorant son articulation avec le CGAAER. Ce dernier suivra attentivement les propositions d’ouverture de nouveaux postes afin de trouver avec les DRAAF/DAAF la cohérence attendue dans leur contenu et leur positionnement.