31ème session du Codex Alimentarius

Le Codex Alimentarius, créé en 1962, est un programme de la FAO et de l’OMS. Il constitue l’organisation multilatérale de référence pour l’établissement de normes internationales visant à garantir la sécurité des aliments et les pratiques loyales et équitables dans le commerce mondial de denrées alimentaires.

Il regroupe actuellement 189 membres (188 pays et l’Union européenne).

Les normes Codex ont valeur de référence auprès de l’OMC dans le cadre de l’accord SPS relatif à l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires et de l’accord OTC sur les obstacles techniques au commerce. Ces normes permettent d'éviter que des différends commerciaux soient portés devant l'OMC. En cas de contentieux, elles facilitent leur règlement.

Le Codex participe également à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) dans le domaine de l’approvisionnement en aliments sains et de qualité. Il apporte une réponse aux défis que rencontrent les États à produire en quantité suffisante, dans un contexte de demande croissante, en visant une meilleure durabilité des modèles alimentaires.

Le Codex est doté d’une vingtaine de comités traitant de questions transversales (principes généraux, étiquetage, résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires, additifs, hygiène alimentaire, méthodes d’analyse, procédures de certification…), sectorielles (lait et produits laitiers, fruits et légumes, épices…) ou de coordination régionale. Les normes sont adoptées lors de la réunion annuelle de la commission du Codex Alimentarius.

Parmi ces comités, le comité du Codex sur les principes généraux (CCGP) est chargé d’un rôle clef : définir les procédures de préparation et d’adoption des normes et les méthodes de travail au sein du Codex, pour tous les comités.

Hébergé par la France depuis sa création en 1965, le CCGP a tenu sa 31e session à Bordeaux du 11 au 15 mars 2019. Son nouveau président est un membre du CGAAER, Jean-Luc Angot. La France a souhaité redynamiser ce comité pour lui rendre son rôle stratégique, convaincue qu’il peut constituer un laboratoire d’innovations au service de tous. Une participation record a été enregistrée (70 délégations, 220 délégués) lors de cette session.

La 31e session aura été l’occasion d’envisager des outils de travail utiles, modernes et efficaces, notamment au travers des débats relatifs à l’organisation du travail par voie dématérialisée et l’utilisation des nouvelles technologies. Elle a par ailleurs permis de réfléchir à l’amélioration des pratiques de travail et à la performance globale du Codex Alimentarius. Des discussions ont en outre porté sur les fraudes alimentaires et le prochain Plan stratégique du Codex.

La prochaine session du CCGP se tiendra en mars 2020.