Présentation des missions et thèmes de travail

Le Centre d'études et de prospective (CEP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt a été créé en 2008 pour développer et promouvoir des activités de veille, d'étude, de prospective et d'évaluation. Ses travaux ont entre autres pour objectifs de contribuer au débat public et de fournir des éléments de réflexion aux acteurs en charge de la définition des politiques. Le CEP fournit des analyses et des outils de pilotage sur des problèmes publics complexes d'envergure souvent internationale : réforme de la PAC, alimentation et industries agro-alimentaires, marchés et prix, foncier, production et compétitivité, questions énergétiques, enjeux climatiques, nouvelles ruralités, bien-être animal, agricultures du monde, etc. Le CEP anime le programme ministériel d'études, une douzaine d'études étant financées chaque année, en lien avec les priorités stratégiques du ministère.

Le CEP dispose de plusieurs formats de production, qu'il s’agisse d'ouvrages présentant les réflexions d'un groupe de travail, d'expertises destinées au cabinet du ministre et aux directions centrales, de documents techniques (revue Notes et études socio-économiques, Documents de travail, Veille alimentation) ou de publications destinées à un large public (Analyses, Notes de lecture, Bulletins mensuels de veille).

Les activités du CEP sont organisées autour de plusieurs missions :

Alerter : veille généraliste et sectorielle, suivi des sources d'information, repérage des signaux faibles, résultats d’évaluations de politiques publiques, etc.

Sensibiliser : diffuser les modes de raisonnement prospectif et évaluatif, amener les services à intégrer ces préoccupations dans la gestion de leurs dossiers, etc.

Appuyer : logique de conseil et d’expertise, appui, renseignement, apports méthodologiques, missions habituelles d'un centre de ressources, etc.

Animer : mobilisation de relais internes et de partenaires externes, mise en relation, pilotage de groupes thématiques ou réseaux, conduite de projets, etc.

Valoriser : renforcer la visibilité des réflexions et études internes, faciliter leur diffusion et contribuer à l'animation du débat public, porter des recommandations issues de réflexions prospectives ou évaluatives, etc.

Représenter : assurer une présence régulière dans des lieux stratégiques pour les politiques du ministère, participer à des réseaux nationaux et internationaux, etc.

La détection des idées et des faits porteurs d'avenir est le préalable de toute bonne gestion publique, raison pour laquelle le CEP développe une importante activité de veille. Il s'agit principalement d'une veille éditoriale, réalisée à partir d’un corpus non figé d’environ 300 sources (presse, newsletters, sites Internet, blogs, etc.), de différentes natures (médias, institutions nationales et internationales, think tanks, instituts de recherche, fondations, ONG, réseaux professionnels, etc.). Ces informations concernent des travaux de prospective, de prévision, de stratégie et d’évaluation en lien avec les grands domaines d’intervention du ministère. Elles proviennent de productions tant françaises qu’étrangères, de formats variés : rapports, articles, ouvrages, études, conférences, séminaires, communications officielles, etc. Un blog de veille est régulièrement alimenté et un bulletin de veille mensuel présente les dernières notes mises en ligne. Il a été complété récemment par une veille thématique "Alimentation".

Dans son fonctionnement quotidien, le CEP travaille en lien avec le cabinet du ministre, les directions centrales et les services déconcentrés, qu'il s'agisse d'apporter une information ponctuelle, des conseils méthodologiques ou une expertise sur le fond.

Parmi ses fonctions transversales, le CEP assure l'animation du programme ministériel d'études. Chaque année, une douzaine d'études sont financées, ayant une orientation stratégique et une réelle fonction d'aide à la décision.

Le CEP contribue à monter des événements à caractère public tels que conférences, séminaires ou journées d'étude.

Souvent sollicité par des partenaires externes, le CEP est ou a été membre de nombreux groupes de travail ou d'instances de pilotage en partenariat avec diverses institutions : DATAR-CGET, MEDDE, INRA, IRSTEA, CIRAD, CGSP-France Stratégie, etc.

L'anticipation des futurs probables est au coeur des missions du CEP. Il a publié en 2010 le rapport Prospective Agriculture Energie 2030 : l'agriculture face aux défis énergétiques. Est sorti en 2012, à la Documentation française, l'ouvrage Le monde agricole en tendances : un portrait social prospectif des agriculteurs. A été diffusé en 2013 Agriculture Forêt Climat, vers des stratégies d'adaptation. Le CEP publiera au premier semestre 2016 les résultats d'un travail de prospective portant sur la mondialisation des systèmes alimentaires (MOND'Alim 2030). Les dynamiques locales sont de plus en plus influencées par des déterminants globaux : l'emploi en Bretagne est lié aux développements de l'agroalimentaire au Brésil, la stabilité politique au Maghreb impactée par les cours du blé à Chicago, etc. Cette grille de lecture globale, en faisant un détour par le système-monde, permet de mieux cerner les opportunités et menaces pour notre pays. Au-delà du processus économique, ce sont en réalité diverses mondialisations qui sont à l'oeuvre, d'ordres culturel, social, politique, informationnel, scientifique, etc. Organisé en six chapitres thématiques, le rapport final dégagera les tendances les plus significatives, envisagera leurs prolongements ou leurs inflexions ainsi que les ruptures possibles. Piloté par une équipe du CEP, l'exercice s'est appuyé sur un groupe d'une trentaine d'experts aux profils variés (sociologues, économistes, politistes, juristes, géographes, etc.), ainsi que sur des contributions extérieures diverses.

Le CEP développe par ailleurs des activités d'appui et de conseil en matière d'évaluation de politiques publiques. Il intervient pour cela à différents niveaux : sur la pertinence du lancement d'un chantier d'évaluation, son organisation, l'élaboration du référentiel évaluatif, l'identification d'experts pertinents, le suivi méthodologique, la définition d'indicateurs, etc. Le CEP contribue ainsi à la diffusion des méthodes et au renforcement des capacités d’évaluation et d’analyse économique au sein du ministère, et assure une fonction d’interface entre la recherche finalisée et les décideurs. Parmi les chantiers d'évaluation actuels, on peut citer ceux concernant la politique agro-écologique du MAAF, l'Indemnité compensatoire de handicap naturel (ICHN), le Programme de développement rural hexagonal (PDRH), le Programme national de développement agricole et rural.

Enfin, le CEP développe des capacités d'analyse économique, recourant en particulier au modèle macro-sectoriel MAGALI, qu'il héberge. Il apporte par ailleurs au ministère son expertise sur des sujets comme la régulation financière des matières premières agricoles et, plus généralement, mobilise les approches économiques et les études de cas pour éclairer les différents outils et politiques agricoles.

En savoir plus sur l'équipe du CEP ici, et consulter son organigramme