Un nouvel épisode difficile pour les hêtres dans le Grand-Est : quelques préconisations de gestion
Hubert Schmuck / ONF - DSF

Cet été, les hêtres du Grand-Est ont montré des rougissements du feuillage important. Exposés aux températures élevées de juillet, les arbres ont réagi en fermant leurs stomates, mais la principale conséquence est une réduction préjudiciable de la régulation de la température. En l’absence d’un « rafraîchissement naturel », les températures au niveau du feuillage ont grimpé et provoqué la nécrose des feuilles. Ce phénomène à lui seul, ne conduit que rarement à la mort de l'arbre. Il ne faut donc pas l'utiliser comme motif de martelage et attendre l’observation du débourrement au printemps 2021 avant de prendre une décision de gestion. Dans certaines hêtraies affaiblies par les sécheresses cumulées depuis 2018 (et même parfois 2015 dans certains secteurs), ces rougissements sont un élément supplémentaire de stress qui s'ajoutera aux facteurs conduisant au dépérissement de certaines hêtraies. En cas de dépérissement, le prélèvement des arbres se concentrera sur ceux qui présentent d'importants signes de dépérissement: plus de 75 % du houppier mort, des suintements noirâtres nombreux et massifs sur les troncs et/ou des décollements importants ou des altérations multiples de l’écorce.

À télécharger