Jacques Andrieu, directeur de l’ODEADOM : « Dans les outre-mer, les potentialités sont considérables »
Nommé fin décembre 2019 à la tête de l’Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer (ODEADOM), Jacques Andrieu revient sur les missions et les objectifs de l'office dédié à l’accompagnement des agricultures d’outre-mer. Interview du nouveau directeur.

Quelles sont les grandes missions de l’ODEADOM ?

L'ODEADOM a trois missions principales :

  • payer les aides européennes POSEI et les aides nationales ;
  • être un lieu de discussion, de rassemblement et de concertation entre les différentes administrations avec les filières et les professionnels ;
  • mener un travail d’étude et d’observation sur des sujets variés, au service des administrations et des filières ultramarines.

Il est important de souligner que le travail autour de ces trois missions est mené avec les services déconcentrés outre-mer, les DAAF.

Quelles sont les grandes particularités des agricultures d’outre-mer, au-delà de leur diversité ?

Notre champ territorial, ce sont les départements d’outre-mer : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Mayotte et la Réunion, mais aussi St Martin, St Barthélémy et St Pierre et Miquelon. Ces départements lointains doivent être pleinement intégrés dans nos politiques publiques.

Il est toujours difficile de faire des généralités, s’agissant de territoires avec des identités et des caractéristiques aussi fortes. Chaque territoire a besoin de ses propres solutions.

Tous ces territoires sont des terres d’une grande richesse agronomique, possédant une grande biodiversité. Comme partout, il y a des atouts et des contraintes qui demandent une adaptation de nos politiques agricoles.

L’éloignement géographique, le peu de surfaces agricoles, les contraintes foncières, la sensibilité aux phénomènes climatiques extrêmes… tout cela crée des contraintes, mais les potentialités restent considérables. Les cultures telles que le sucre de canne à la Réunion et en Martinique, ou la banane aux Antilles en général, sont des piliers de l’économie.

Comment l’établissement public travaille-t-il avec le ministère ?

ODEADOM est sous double tutelle du ministère des Outre-mer et de l’Agriculture et de l’Alimentation. Notre mission est de mettre en œuvre des politiques publiques et de fournir une expertise pour éclairer les choix qui relèvent de responsabilités ministérielles.

Quels sont les projets de l’ODEADOM ?

Tout d’abord, la mise en œuvre d’orientations renouvelées pour la politique agricole des outre-mer, avec une attention forte portée à l’autonomie alimentaire des territoires, à la durabilité des modes de production, etc. C’est un chantier d’ampleur qui se mène à Bruxelles, à Paris et dans les territoires.

Plus d'informations sur l'ODEADOM.

Voir aussi