Equilibre forêt-gibier : les dégâts cervidés en milieu forestier

Pour répondre à cette problématique, les ministères en charge de l’agriculture (DGPAAT) et de l’environnement (DEB) ont mis en place de 1998 à 2004, un Observatoire national des dégâts de cervidés et du plan de chasse afin d’évaluer précisément l’effet des modalités des plans de chasse, les préjudices subis par la forêt et afin d’explorer les solutions envisageables pour réduire, voire supprimer, les dégâts.

Cette mission a été confiée conjointement à l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) et à l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) sur cinq départements (Landes, Oise, Sarthe, Tarn et Vosges).



L’étude a mis en évidence un certain nombre de facteurs jouant un rôle majeur :
Frottis chevreuil merisier-Cemagref-J.P.Hamard
J.P.Hamard
Abroutissement sapin-Cemagref-R.Gauget
R.Gauget
  •  l’importance des populations de cervidés
  •  l’origine des peuplements forestiers
  •  la nature des essences forestières.

Le Ministère en charge de l’Agriculture a ensuite financé un programme réalisé par le Cemagref comprenant des contrôles effectués en 2006 et 2007, qui a vérifié la pertinence des pronostics formulés dans le cadre de l’observatoire.

 

L’étude méthodologique, également financée par le ministère, sur l’abroutissement du Chêne en régénération naturelle a testé différentes stratégies d’échantillonnage. L’ensemble de ces travaux, initiés par le MAAF, voit son aboutissement avec l’édition en 2010 par l’IRSTEA d'un guide d'évaluation des dégâts forestiers

Voir aussi