Partir en stage à l'étranger
Rempotage d'impatientes (plantes)
©Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr
Les apprenants de l’enseignement agricole ont l’occasion de réaliser au cours de leur cursus des stages ou des mobilités académiques à l’étranger, courts ou longs, obligatoires ou facultatifs, et toujours avec l’appui de leur établissement. Dans l’enseignement supérieur long, la mobilité internationale est devenu quasi-incontournable dans toutes les filières.

Est-ce compliqué de partir ?

Les animateurs des vingt-et-un réseaux géographiques, les chargé(e)s de coopération internationale dans les DRAAF et en établissement, les chargé(e)s de mission « Europe et programmes européens », les responsables des relations internationales, ainsi que l’association France Europea sont à la disposition des équipes pédagogiques pour faciliter la mobilité des apprenants. Ces réseaux permettent d’organiser des partenariats garantissant aux jeunes de l’enseignement agricole une préparation, un hébergement, un suivi pédagogique de grande qualité. Deux réseaux spécifiques contribuent également à la préparation au départ des apprenants : le réseau Jeunes Amérique latine et le réseau Jeunes Afrique-Asie.

Où trouver les financements ?

Le programme européen Erasmus + finance des mobilités et des échanges entre établissements de formation de l’enseignement technique et de l’enseignement supérieur de 33 pays européens. Certaines actions de ce programme concernant l’enseignement supérieur dépassent le cadre géographique européen. Ce programme a débuté en 2014 et s’achèvera en 2020.

Le ministère chargé de l’agriculture octroie des aides à la mobilité, dans l’enseignement technique et dans l’enseignement supérieur long. Le ministère finance ainsi chaque année plus de 3 000 stages individuels à l’étranger, dont plus de la moitié en Europe.

Des financements sont également possibles par les régions et, plus rarement, les départements ou d’autres collectivités territoriales.

Pour en savoir plus : Les aides à la mobilité internationale

Une seule exigence : le séjour doit avoir une finalité pédagogique

Il doit permettre de travailler et d’acquérir des savoirs, des savoir faire et des compétences, en favorisant les apprentissages formels et informels.

Pour en savoir plus : La mobilité individuelle, le stage professionnalisant sur le site ChloroFil.

Enseignement supérieur : le programme GéCo-GLEN

Le programme GéCo-GLEN (Génération-Coopération-Global Education Network) est un programme européen centré sur l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, à travers la mobilité. Le partenaire institutionnel du MAAF est l’agence de coopération allemande Engagement Global. Le programme est ouvert aux étudiants de l’enseignement supérieur dès le BTSA et comporte :

  • un stage de trois mois en binôme européen dans un pays d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine
  • trois séminaires de quatre jours en Europe (deux avant le stage et un après) d’éducation à la solidarité internationale, de préparation au départ et de valorisation des acquis. Les participants retenus bénéficient d’une bourse du ministère pour ce programme qui prend place au sein de leur formation. »

Pour en savoir plus : Le programme concerté GéCo-GLEN sur le site ChloroFil

Voir aussi