E-formation : un MOOC sur la qualité des aliments
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr

L'association Actia, qui fédère les activités des instituts techniques de l’agroalimentaire, lance le premier MOOC francophone sur la qualité des aliments. Cette formation en ligne gratuite est dédiée aux petites entreprises, enseignants et étudiants qui souhaitent optimiser leurs connaissances.

Quatre aspects fondamentaux seront abordés lors de ce MOOC : les qualités microbiologique, nutritionnelle, sensorielle et environnementale d’un aliment.

À tous ceux qui s’interrogent sur les bonnes pratiques d’hygiène, sur la manière d’améliorer la qualité nutritionnelle de ce qu’ils produisent, qui veulent s’assurer que le goût d’un produit répond aux attentes des consommateurs, ou qui ont d’abord pour objectif l’approvisionnement durable, ce MOOC répondra à leurs attentes.

Aider les professionnels à se conformer aux bonnes pratiques

Simple et accessible, il permet à chacun de pouvoir se former ou approfondir ses connaissances, quelle que soit sa disponibilité : "C’est plus souple qu’une formation traditionnelle et les professionnels sont assurés de ne pas perdre de temps", indique le directeur de l’Actia Didier Majou, qui insiste sur la volonté d’aider les professionnels parfois démunis quand il s’agit d’aborder la réglementation ou de se conformer aux bonnes pratiques.

Chaque module thématique est validé par une attestation. Les inscrits en France, en Afrique ou ailleurs dans le monde pourront participer à un forum leur permettant de confronter leurs pratiques et leur expérience.

Et si la formule suscite l’intérêt, l’Actia a déjà en projet de nouveaux outils dédiés, tels des SPOC (Small Private Online Courses) sur des aspects encore plus spécifiques. Un bon moyen de rappeler à tous les techniciens de ce secteur en quête d’outils l’éventail de services que les centres techniques peuvent apporter à tous les professionnels de PME.

MOOC « Qualités des aliments »
Du 16 avril au 8 juin 2018
Pour vous inscrire, cliquez ici

Ce MOOC a été réalisé avec le soutien financier du ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, ainsi que le soutien technique de la FAO, l’organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.