Soo, un système fiable de prédiction du sexe du poussin
Crédit ci-après
© Tronico
Le projet Soo, lauréat de l'appel à projet « Projets structurants des filières agricoles et agroalimentaires » (PS2A) du P3A (Projets Agricoles et AgroAlimentaires d'Avenir) est financé à hauteur de 4,3 millions d'euros. L'une des ses ambitions est d'améliorer le bien-être animal.

« Nous voulons résoudre un problème mondial qui n'est pas solutionné. Notre projet est une solution pour améliorer le bien-être animal », explique Yann Pichot, directeur filière médicale industrie biotechnologie de l'entreprise Tronico, porteuse du projet.

Bien-être animal, compétitivité et environnement

Le projet Soo a pour objectif de créer une technique du sexage des œufs avant l'éclosion. Cette technique est non invasive, elle n'altère ni la coquille de l’œuf, ni l'embryon. Grâce à cette innovation, Tronico et ses partenaires commercialiseront un automate de détermination du sexe « in ovo », au plus tôt dans le cycle industriel. C'est une amélioration technologique significative qui pourrait mettre fin à l'élimination des jeunes poussins mâles, notamment dans la filière poule pondeuse.

Ce projet entend engendrer des gains de compétitivité économique et environnementale importants pour la filière œuf. En identifiant le sexe du poussin, les aviculteurs pourraient ainsi réduire et anticiper leurs coûts.
Il entend également développer une future valorisation des embryons mâles dans le secteur pharmaceutique. Grâce à la recherche développée par le projet Soo, un nouveau secteur d'activité pourrait s'ouvrir pour les jeunes poussins mâles non destinés à la consommation.

La durée estimative du projet est de 2 ans et 7 mois jusqu’à la fin de la phase de test du prototype en couvoir. Le projet Soo est financé par le programme d'investissements d'avenir à hauteur de 4,3 millions d'euros pour un montant total du projet de 10,6 millions d'euros.

 

« Ce projet fonctionne grâce à une grande collaboration entre les différents acteurs », souligne Yann Pichot.

Le projet est porté par un consortium regroupant une ETI, Tronico, porteuse du projet spécialisée dans la sous-traitance de cartes électroniques, et deux organismes de recherche : l'unité mixte de recherche CNRS-Université de Nantes GEPEA, spécialiste en bioprocédés et en biomonitoring et l’unité mixte de recherche CNRS-ALCEDIAG SYS2DIAG, expert dans la conception de nouveaux diagnostics en biologie.

  • Crédit ci-après
    © Tronico
  • Crédit ci-après
    © Tronico