Qu'est-ce qu'un groupement d'intérêt économique et environnemental (GIEE)?

Les GIEE sont des groupements favorisant l’émergence de dynamiques collectives prenant en compte à la fois des objectifs économiques et des objectifs environnementaux, en favorisant la mise en place de dynamiques au niveau local.

Ce nouvel outil doit permettre le développement de démarches collectives émanant des territoires qui permettront la mise en place d’une agriculture doublement performante pour permettre à notre agriculture de devenir plus performante d’un point de vue économique et environnemental. Dans cet objectif, les GIEE bénéficieront de l’attribution préférentielle de certaines aides notamment de la PAC.

Ces nouveaux groupements bénéficieront d’un cadre législatif volontairement souple. Une structure préexistante ou créée pour l’occasion pourra être labellisée GIEE si le projet pluriannuel qu’elle propose correspond aux critères et orientations fixées, en cohérence avec le plan régional d’agriculture durable (PRAD). Aucun cadre n’est imposé pour la forme et le statut juridique, les regroupements entre agriculteurs sont encouragés sous toutes leurs formes.

Pour faciliter les actions communes, la loi prévoit que les actions menées par les agriculteurs membres du GIEE dans le cadre de ce projet relèveront de l’entraide agricole (et non d’une relation commerciale ou salariale).

Les changements de pratiques des exploitations engagées dans un GIEE devront poursuivre l’objectif d’une augmentation de la performance économique. La performance économique peut par exemple passer par une diminution des charges de l’exploitation au travers de la diminution de la consommation ou de la mutualisation des achats (matières premières, matériels, intrants…). Les projets pourront aussi permettre de valoriser la production par une meilleure organisation des circuits de commercialisation ou une meilleure reconnaissance commerciale des pratiques environnementales conduites (label, certification...).

Plusieurs réseaux d’exploitants agricoles ont d’ores et déjà mis en œuvre des organisations collectives allant dans ce sens et présentent les caractéristiques qui devraient leur permettre d’être reconnus comme GIEE lorsque ce dispositif sera mis en place. C’est le cas des lauréats du récent appel à projets « mobilisation collective pour l’agro-écologie ».

 

Voir aussi