Prévention et gestion des risques en agriculture - Analyse n° 2

Toutes les activités économiques sont soumises à diverses sources d’aléas. L’agriculture est particulièrement concernée par des risques systémiques (qui affectent simultanément plusieurs variables interdépendantes et touchent donc de nombreux individus) et catastrophiques (dont la fréquence est faible mais les pertes associées très fortes) qui sont, par nature, difficilement assurables. L’Espagne et les États-Unis offrent les expériences les plus abouties en matière de prévention et de gestion de ces risques. Leur avance s’explique par la définition d’un partenariat public-privé où l’État apporte un soutien important au développement d’assurances : conception des contrats, prise en charge d’une fraction des primes et développement d’une offre de réassurance publique. Les parties prenantes définissent ensemble ce qui est assurable et ce qui ne peut être porté que par « l’assureur en dernier ressort », l’État, à travers notamment l’établissement de filets de sécurité et la réassurance publique. L’actualité marquée par les crises alimentaire et financière rappelle la difficulté de gérer les risques systémiques par les solutions de marché et force à la circonspection quant aux propositions de démantèlement de ces filets de sécurité que sont les régimes d’intervention communautaires.

Analyse-2_Gestion_des_risques-2 (PDF, 269.1 Ko)

Les notes d’Analyse présentent en quatre pages l’essentiel des réflexions sur un sujet d’actualité relevant des champs d’intervention du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Selon les numéros, elles privilégient une approche prospective, stratégique ou évaluative.