PPA : les mesures spécifiques dans la Zone d’observation renforcée (ZOR)
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Par arrêtés ministériels en date du 8 octobre 2018 modifié par arrêté du 12 octobre 2018, le Gouvernement a tenu à harmoniser et renforcer les mesures de surveillance ou de prévention de la peste porcine africaine (PPA) dans les trois départements des Ardennes, de la Meuse, de la Meurthe et Moselle, notamment dans les communes situées dans la zone d'observation renforcée, et dans celui de la Moselle en zone d’observation.
 
Ces mesures font suite à la confirmation d’une cinquantaine de cas de PPA sur des sangliers sauvages en Belgique, dans la région du Luxembourg depuis la mi-septembre. Une zone d'observation renforcée a été mise en place le long de la frontière belge, au-delà des mesures mises en place dans le reste des quatre départements, situés en zone d'observation.

Les principales mesures

  • Concernant la chasse et l’activité forestière

Toute action de chasse et tout nourrissage de gibier sont désormais interdits en ZOR. Les lâchers de grands gibiers restent eux interdits dans le reste de chaque département. En ZOR, ce sont également toutes les activités professionnelles ou récréatives qui ont été interdites (promenades, exploitation forestière ...) par arrêtés préfectoraux.

Ces dispositions d'urgence renforcées en ZOR resteront en vigueur jusqu'au 20 octobre prochain. Elles visent à éviter les mouvements de dispersion de sangliers mais également la diffusion éventuelle du virus par les personnes (par leurs vêtements, leurs bottes, leurs matériels potentiellement contaminés). La surveillance renforcée de tout cadavre de sangliers reste systématique et le public est incité à déclarer toute découverte de cadavre de sanglier.

À télécharger

Arrêté du 12 octobre 2018 modifiant l’arrêté du 8 octobre 2018 relatif aux mesures de prévention et de surveillance à mettre en place en matière de chasse et d’activité forestière dans le périmètre d’intervention (PDF, 149.85 Ko)

À ce stade, aucune analyse positive n’a été obtenue et le territoire national reste toujours  indemne de la maladie.

  • Concernant les élevages de porcs

Les élevages porcins des quatre départements sont soumis immédiatement à des exigences strictes de biosécurité. Ainsi, tout détenteur de porcins doit prévenir strictement tout contact entre ses animaux et les sangliers sauvages. Des doubles clôtures sont en particulier exigées dans les élevages en plein air de la zone.

Des obligations sont également édictées sur les transports dans les élevages de la ZOR avec des obligations nouvelles de nettoyage et désinfection des camions ou des flux directs des animaux, par exemple entre l’élevage et un abattoir. Les éleveurs seront tenus informés des mesures à mettre en place sans délai par les DDPP.

Des audits du niveau de biosécurité seront également programmés dans tous les élevages porcins de ZOR. Ils seront réalisés par des vétérinaires mandatés par la Préfecture (DDPP).

À télécharger

Arrêté du 12 octobre 2018 modifiant l’arrêté du 8 octobre 2018 relatif aux mesures de prévention et de surveillance dans les exploitations de suidés dans le périmètre d’intervention (PDF, 148.05 Ko)

Ce nouveau renforcement des mesures de surveillance et de prévention vise à éviter toute introduction du virus en France.

Des efforts collectifs sont donc demandés à tous face aux enjeux économiques majeurs pour les élevages, notamment par les répercussions potentielles sur les marchés à l’exportation.
Ces mesures seront réévaluées régulièrement afin de pouvoir abaisser dès que possible les contraintes sur les activités en forêt et cela dès que le risque sanitaire sera stabilisé.