« L'exploitation est zéro phyto, les élèves le savent et l'acceptent très bien ! »
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Pauline Herbemont est directrice de l'exploitation du lycée agricole Georges Pompidou à Aurillac (Cantal). La conversion en bio entamée en 2014 est une réussite : la ferme de 175 hectares produit aujourd'hui un Cantal AOP certifié bio. Une montée en gamme qui permet une meilleure valorisation des productions… et qui donne des idées aux fermes voisines !

« L'arrêt du glyphosate date de 2010, avant mon arrivée à la tête de l'exploitation. L'établissement, membre du réseau Dephy et impliqué dans le plan Écophyto, était déjà engagé dans une réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires.

Aujourd'hui, 10 ans plus tard, nous n'utilisons plus aucun produit phytosanitaire, ni sur l'exploitation agricole, ni au niveau des 9 hectares d'espaces verts de l'établissement. L'exploitation est certifiée en bio depuis avril 2017, et la production de lait vient tout juste d'être labellisée en bio à son tour.

C'est une démarche globale qui a nécessité de repenser l'organisation du travail : on est passé de trois temps plein et demi à quatre et il y a plus de travail mécanique, mais pour des résultats concrets : plus de biodiversité dans nos prairies et des productions de haute qualité que nous pouvons mieux valoriser.

Une réussite collective au niveau du territoire

Ainsi, pour notre Cantal AOP fabriqué sur place à partir du lait bio de nos vaches, nous couvrons pour le première fois le coût de revient de notre production ! Ce qui n'était pas le cas en agriculture conventionnelle. Et les consommateurs sont prêts à payer davantage un produit de qualité. La société a évolué très rapidement sur ce sujet. En 2014, certains parents étaient très dubitatifs – voire hostiles – sur le passage au bio. Ce sont les mêmes qui aujourd'hui nous félicitent pour le travail accompli.

Et pour embarquer tout le monde avec nous – ce qui est à mon sens une des conditions-clé de la réussite d'une telle démarche – nous avons mis en place un programme pédagogique à destination des salariés et des professeurs, financé par la DRAAF et l'Agence de l'Eau. Quant aux élèves, eux, lorsqu'ils se rendent sur l'exploitation, ils n'entendent parler d'aucun produit phytosanitaire...

Cette démarche, que nous avions pris soin de faire valider en amont par les professionnels de la filière, a aussi fait des émules en dehors de l'établissement : trois fermes produisent aujourd'hui en bio du Cantal AOP. Il n'y en avait qu'une seule au début de notre conversion en bio. »

Voir aussi