L'agroéquipement, une filière innovante aux métiers variés… et qui recrute !
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr

Du mécanicien à l'ingénieur en passant par le commerce, l'électronique, le service après-vente ou la conduite, la filière de l'agroéquipement offre toute une palette de métiers avec de belles perspectives de carrières. La tenue du SIMA, Salon International du Machinisme Agricole, du 25 février au 2 mars 2017, est l'occasion de (re)découvrir une filière à la pointe de l'innovation et en perpétuel recherche de nouveaux profils.

En France, la filière de l'agroéquipement, qui regroupe les métiers liés au machinisme agricole, représente environ 100 000 emplois répartis aussi bien dans des petites et moyennes entreprises que dans des grands groupes industriels français ou étrangers. Si les tracteurs – toujours plus perfectionnés –, les matériels de récolte pour les grandes cultures et les équipements pour espaces verts dominent le marché, ce secteur en pleine mutation est aussi porté par les progrès de la robotique agricole. On le sait peu, mais l'agriculture est le deuxième marché mondial de la robotique de service professionnelle. Le boum de l'agriculture numérique, dite « de précision », est également en train de bouleverser la filière avec le développement des technologies autour des capteurs connectés, de l'automatisation et de la gestion de l'information (le « big data »). Toutes ces avancées – de plus en plus embarquées sur les engins agricoles – créent évidemment des besoins neufs en matière de compétences...

Un secteur qui recrute

Les métiers du machinisme agricole évoluent vite et offrent aujourd'hui des opportunités multiples… malheureusement pas toujours satisfaites. « Chaque année, on estime qu'à peu près 4 000 emplois proposés par la filière de l'agroéquipement ne sont pas pourvus, faute de candidat », déplore René Fontaine, vice-président de l'Aprodema, association dédiée à la promotion des métiers et des formations en agroéquipement. « Et cela concerne tous les niveaux de qualification. » Cette filière, qui innove sans cesse, se trouve au cœur des enjeux de l'agriculture de demain, confrontée à un double défi : augmenter ses rendements tout en préservant l’environnement.

L'alternance à la rescousse

Pour résoudre cette pénurie de candidat, l'alternance est de plus en plus privilégiée. En 2015, un peu plus de la moitié des distributeurs y a eu recours. Cette solution gagnante-gagnante pour l’entreprise et le jeune permet, à ce dernier, non seulement d'acquérir un diplôme ou une qualification doublé d'une expérience, mais aussi, bien souvent, un emploi. Plus de 230 établissements implantés sur l'ensemble du territoire national proposent des formations secondaires et/ou supérieures dans le domaine de l'agroéquipement. CAP, bac pro, BTS, BTSA, certificat de qualification professionnelle, licence professionnelle, diplôme d'ingénieur... Les possibilités sont nombreuses.

En savoir plus sur les formations et les métiers de l'agroéquipement.
 

Le secteur de l'agroéquipement, c'est :

  • 100 000 salariés (constructeurs, distributeurs, utilisateurs...),
  • 4 000 emplois non pourvus chaque année,
  • Une quinzaine de métiers différents,
  • Une trentaine de formations (du CAP au master).

Voir aussi