La sécurité sanitaire des aliments renforcée pendant l'Euro 2016
plats en restauration collective
©Pascal.Xicluna/MinAgri.Fr
Du 10 juin au 10 juillet 2016, partout en France, a lieu le championnat européen de football masculin, l'Euro 2016. Un événement important pour les Français comme pour la Direction générale de l'Alimentation (DGAL) qui renforce, pour l'occasion, son dispositif de sécurité sanitaire. L'objectif ? Assurer la sécurité sanitaire des aliments pendant l'afflux des touristes, journalistes et équipes techniques attirés en France pour cette compétition sportive de haut vol. Des mesures en faveur de l'hygiène et de la sécurité qui s'inscrivent dans l'annuelle "Opération alimentation vacances". Petit tour du dispositif.

Respecter la chaîne du froid pendant le championnat
contrôle sanitaire de viande
©Cheick.Saidou/MinAgri.Fr

Avec l'Euro 2016, la présence de touristes et plus généralement d'une clientèle nombreuse et passagère peut être source de problèmes d'approvisionnement de produits alimentaires, de stockage et de respect de la chaîne du froid. Pour assurer la sécurité alimentaire des aliments, la DGAL organise partout en France des contrôles sanitaires. Au total, le championnat organise 51 matchs officiels dans 10 stades différents. Par ailleurs, 24 complexes hôteliers hébergent les équipes et délégations. Autant de commerces à contrôler pour les agents du ministère : des restaurants, des vendeurs de poisson cru, des glaciers, des foodtrucks, snacks et autre restauration collective ou vendeurs ambulants.

Ces contrôles sanitaires s'inscrivent dans l"Opération alimentation vacances", un plan d'action annuel qui permet de renforcer la sécurité sanitaire des aliments pendant l'été. En effet, certaines activités des professionnels du secteur alimentaire ne s'exercent que durant la période estivale, d'autres connaissent une augmentation importante au cours de cette période. C'est notamment le cas des restaurants commerciaux, des marchés, des centres aérés, des centres de vacances et de loisirs... En outre, la période estivale est généralement associée à des températures ambiantes élevées et les anomalies en matière de respect de la chaîne du froid sont plus fréquentes, notamment lors du transport des denrées alimentaires.

Bilan de "Opération alimentation vacances" 2015

Du 15 juin au 15 septembre 2015, 17 239 interventions ont été effectuées (17 628 en 2014) dans les secteurs liés à la production et à la distribution d’aliments. Les secteurs majoritairement concernés de la restauration commerciale et collective ont concentré respectivement 27,4% des interventions (27,8% en 2014) avec un taux global de non-conformités majeures de 10% (vs 10,8% en 2014), et 19,8% des interventions (20,6% en 2014) avec un taux de non-conformités majeures de 3,8% (vs 5,1% en 2014). Par ailleurs, 1 237 inspections (1 115 en 2014) ont été menées au stade du transport des denrées avec un taux de non conformités majeures de 5% (6,3% en 2014), liées notamment à l’inaptitude technique et/ou au défaut d'entretien des moyens de transport.

Il ressort que globalement 14,3% (12,1% en 2014) des inspections sont conformes, et que 6,6% (vs 7,4% en 2014) d’entre elles ont présenté des non-conformités majeures. Ces contrôles ont donné lieu notamment à l’établissement de 390 procès-verbaux d’infractions et à 1 106 mises en demeure auprès d’exploitants pour se mettre en conformité avec la réglementation en vigueur, principalement en restauration commerciale et distribution/métiers de bouche. Par ailleurs, 134 fermetures d’établissements ont été ordonnées, principalement en restauration commerciale. De cette opération ressortent principalement des anomalies liées à l’hygiène (état des locaux, formation du personnel, manipulation des denrées) et au non-respect des dates limites de consommation et des températures de conservation des produits. Ces anomalies, classées généralement comme « majeures » par les services d’inspection, ont entraîné le retrait de la consommation de 4,5 tonnes de produits (1,6 tonnes en 2014).