#ImagineAgri : une première prise de contact avec les acteurs de l'agriculture numérique
Crédit ci-après
© Xavier Remongin / Min.Agri.Fr
François Moreau, Délégué ministériel en charge du numérique nommé le 14 mars 2017 par Stéphane Le Foll, revient sur #ImagineAgri, la journée de réflexion autour des usages du numérique en agriculture qui s'est tenue ce mardi 21 mars au ministère de l'Agriculture.

"En tant que tout nouveau délégué ministériel en charge du numérique, cette journée #ImagineAgri m'a permis de prendre un premier contact « en vrai » avec les acteurs de l'agriculture numérique, contact qui m'a semblé très agréable, positif et donc très encourageant.

Nous vivons des moments importants, où le développement du numérique dans l'agriculture et le monde de l'alimentation est déjà bien lancé, mais n'en est qu'à ses prémices au vu des potentialités énormes qu'il ouvre. La performance économique et environnementale de l'acte de production à travers notamment l'agriculture de précision, la relation avec les consommateurs, que ce soit parce que le numérique peut être un outil efficace d'appui aux circuits courts, parce qu'il permet de rendre plus lisible la traçabilité ou simplement parce qu'il permet aux agriculteurs de montrer leur travail, l'acquisition et le maintien des compétences, avec le développement des formations « online » mais aussi la facilité de créer des groupes d'échange, sont, sans prétendre à l'exhaustivité, des domaines où le numérique ouvre des perspectives enthousiasmantes.

Pour autant, nous savons aussi, en constatant ce qui se passe dans d'autres secteurs, que l'arrivée du numérique peut être déstabilisante et surtout peut se traduire par la prise par certains d'une position centrale, incontournable, qu'ils exploitent ensuite sans vergogne, au détriment souvent des producteurs. Construire un écosystème de l'agriculture numérique satisfaisant, qui soit efficace et juste, sans accaparement de la plus-value produite par quelques acteurs, est l'enjeu des prochaines années. Toutes les questions qui tournent autour de la propriété et des droits d'usage des données collectées pendant les activités de production sont à ce titre essentielles comme l'a souligné le ministre.

Les pouvoirs publics ont un double rôle :

  • ils sont un acteur important de l'agriculture numérique, notamment par tous les contacts sous forme numérique qu'ils ont avec les agriculteurs et plus généralement les acteurs de la chaîne alimentaire, et ils doivent en être un acteur bienveillant ;
  • ils doivent être des facilitateurs, des catalyseurs du développement de cet écosystème satisfaisant de l'agriculture numérique.

#ImagineAgri s'inscrit pleinement dans ce deuxième rôle. En invitant des représentants du monde agricole et du monde numérique à réfléchir ensemble à des services numériques innovants qui pourraient être développés au service des agriculteurs, des forestiers, des acteurs de l'alimentation, et aux conditions qui permettront de les réaliser dans de bonnes conditions, le ministère a voulu montrer que mettre ensemble des acteurs qui partagent la volonté d'aller de l'avant, c'est possible et c'est productif.

L'état d'esprit lors des ateliers, fait d'écoute bienveillante mais exigeante, en ne se cachant pas les difficultés, les résultats obtenus, notamment la quinzaine de services dont l'utilité a été identifiée, tout montre que cette journée a atteint ses objectifs et qu'elle a contribué au développement d'une vision commune et à la conscience d'un intérêt partagé, qui sont des conditions essentielles du succès. Cette journée n'est pas un début, car beaucoup a déjà été fait comme le démontrent le niveau de compétence et la qualité des réflexions des participants, mais elle a, je crois, donné un élan qui devra être poursuivi dans les semaines et les mois à venir."