Christophe Martin, vigneron: du bon matériel pour un traitement mieux ciblé

Christophe Martin, vigneron en Savoie, a intégré le plan Ecophyto dès 2010. Ses outils pour réduire l’utilisation de produits phytopharmaceutiques? Investir dans un matériel mécanique adapté et mettre en œuvre une prophylaxie rigoureuse.

Si les motivations premières de Christophe Martin à réduire sa consommation d’intrants étaient au départ purement personnelles, le vigneron du château de Lucey, en Savoie, a rapidement pris goût aux techniques alternatives et économes en phyto. Aujourd’hui, il travaille entièrement en agriculture biologique et a diminué son IFT (Indice Fréquence Traitement) de 14 à 4,5.

L’investissement dans un matériel adapté est son premier niveau d’action. Ainsi, Christophe Martin fait l’acquisition d’outils de travail du sol intercep, afin de gérer l’enherbement sous le rang de manière mécanique.

De la même manière, le vigneron met un point d’honneur à conserver un matériel de pulvérisation des plus précis et parfaitement nettoyé après chaque usage.

Des économies sur le coût des intrants

En éliminant les herbicides de ses traitements, il confie réaliser des économies au niveau du coût des intrants, ce qui lui permet d’investir dans un matériel adéquat.

Enfin, la prophylaxie, c’est-à-dire l’ensemble des moyens déployés pour éviter qu’une maladie ne se propage, a toute sa place dans l’agriculture de Christophe Martin.

Aération du feuillage

« Je suis assez souvent derrière mes ouvriers pour le travail d’aération du feuillage, des grappes et un bon ébourgeonnage » explique l’agriculteur.

Ces techniques, rendant la végétation moins dense, permettent en effet de faire reculer la propension des maladies à se développer.

En savoir plus...

Sur les techniques de prophylaxie

Sur la diminution de désherbants dans les vignes

Sur la viticulture raisonnée, dans le Languedoc Roussillon

Voir aussi