Pyrus : une seconde vie pour des poiriers d’exception
12/09/2016
©Xavier Remongin/Min.Agri.Fr.
Des poiriers de plus de 40 ans vendus en caisses de bois et destinés à être replantés dans des jardins ou sur des terrasses. La société Pyrus propose cette drôle de reconversion pour ces arbres pleins de caractère, qui troquent leur modeste verger pour la vie de château !

Écorce rugueuse, branches entremêlées… Ces vieux poiriers en espalier font la fierté de David Frendo, gérant de l'entreprise « Pyrus » (poirier en latin) qui commercialise depuis 5 ans ces fruitiers d’exception. « Ils sont beaux, rustiques… Ces arbres ont toute leur place dans un jardin ou sur une terrasse, précise le jeune paysagiste. Et en plus, on peut récolter ses propres poires ! »

Des poiriers « recultivés »

Cultivés depuis 40 à 60 ans au nord de la vallée du Rhône, les poiriers des variétés ‘Beurré Hardy’, ‘Bon Chrétien William’s’, ‘Dr Guyot’ ou encore ‘Conférence’ sont « recultivés » pendant au moins 5 ans : ils sont soigneusement cernés, transplantés puis arrachés et mis en caisses de bois avant d’être livrés à leur nouveau propriétaire avec une garantie de reprise. Quatre formes sont disponibles : évasée, en gobelet, en croisillon ou en espalier, la plus élaborée qui rappelle les poiriers centenaires du potager du Roi, à Versailles.

Une alternative aux oliviers

Ce principe de « reconversion » d’anciens arbres fruitiers n’est pas nouveau. Il est déjà largement employé dans le sud de l’Europe avec les oliviers, la vigne ou encore les agrumes, mais n’avait pas encore été décliné avec des espèces plus rustiques et locales. Il s’agit de mettre en pot des arbres fruitiers (souvent âgés) destinés à la production pour en faire des plantes d’ornement sur les terrasses et dans les jardins. Pour l’arboriculteur ou le viticulteur, c’est un bon moyen de valoriser de vieux arbres aux formes originales mais qui ne répondent plus aux exigences de production. Ces arbres adultes sont particulièrement prisés des paysagistes car ils apportent un effet immédiat ainsi qu’une signature originale dans leurs créations.

Des clients conquis

Pour promouvoir ses produits, David Frendo enchaîne les événements. Il a, par exemple, participé à 2 salons, Jardins, Jardin aux Tuileries et Paysalia. Pyrus envisage d'être présent à la l'édition 2017 de Jardins, Jardin aux Tuileries. Pour l'occasion, l'entrepreneur souhaite développer « un partenariat avec un paysagiste pour mieux illustrer l'effet rendu en situation, c'est-à-dire dans un jardin. Cela permettrait de dynamiser la demande et de rendre l'offre plus cohérente. »

Tous ces efforts semblent payer. Le prix est bien sûr en rapport avec la rareté du produit, mais les particuliers constituent, à ce jour, la majorité des clients. De plus, David Frendo se réjouit que : « les collectivités se montrent de plus en plus séduites par le poirier. Ainsi, les communes de Arcueil (94), ainsi que l'Isle d'Abeau (38) ont commandé respectivement 1 et 2 pièces. »

L'initiative semble donc promise à un bel avenir.

Voir aussi