Protection de la forêt : climat, incendies...
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Notre forêt tempérée associe des organismes vivants : arbres, autres végétaux, animaux de toutes tailles, à des milieux très diversifiés (sols, climats, eau, matières minérales). Elle présente une grande diversité biologique. Comme tout être vivant, elle est soumise à de nombreuses influences susceptibles de perturber un équilibre toujours fragile. Gérer cet équilibre pour mieux la protéger, c’est le travail des forestiers.

L’incertitude sur l’avenir du climat et la vitesse de ce changement climatique est grande. Quels que soient les scénarios de forçage radiatif issus des travaux du groupement d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat, les changements devraient avoir un effet important sur les forêts françaises métropolitaines, sous de nombreux aspects : biodiversité, croissance, santé, régénération. Les risques naturels sur les espaces forestiers et les espaces voisins, incendie et érosion notamment, pourraient s’accroître.

Ces perspectives doivent conduire les pouvoirs publics à mettre en place un plan d’action spécifique essentiellement à but préventif issu des recommandations et propositions de différents rapports.

La politique de prévention des incendies de forêt

La politique de prévention des feux de forêts est mise en œuvre par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation en liaison avec les ministères chargés de la Prévention des risques majeurs (MTES) et de la Sécurité civile (MI), les collectivités territoriales et leurs groupements, les Services départementaux d’incendie et de secours, l’Office national des forêts et certains services spécialisés de Météo-France, de l’Institut national de l’information géographique et forestière (Inventaire forestier), de l’Institut national de la recherche agronomique, de l’Irstea, et les groupements de propriétaires forestiers sylviculteurs, notamment les associations syndicales autorisées de défense des forêts contre les incendies.

Les territoires réputés particulièrement exposés aux risques d’incendie sont situés dans les régions Corse, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, les départements de la Drôme et de l’Ardèche, les régions Occitanie, Midi-Pyrénées, Nouvelle Aquitaine (sauf Corrèze, Creuse et Haute-Vienne).

Le ministère participe financièrement à quatre grands types d’actions de prévision, de surveillance, d’aménagement rural et forestier et d’équipement, et d’information et de formation.

Prévoir le risque

Des réseaux d’observation météorologique, la mesure régulière de l’état hydrique des végétaux, la recherche des causes et des circonstances des incendies, permettent un déploiement quotidien plus rationnel et efficace des moyens de surveillance et d’interventions terrestre et aérienne.

Surveiller les forêts pour détecter les départs de feux et intervenir rapidement

Les plans de surveillance en période de risque élevé comprennent le guet terrestre fixe, à partir des tours de guet, ou mobile en patrouilles, complété par un dispositif aérien de prévention. Des patrouilles « armées » - véhicules légers équipés d’une citerne - interviennent dès la détection d’un feu et participent activement à la politique d’extinctions des feux naissants.

Équiper, aménager et entretenir l’espace rural dont l’espace forestier

Les aménagements de prévention peuvent mobiliser la sylviculture et l’agriculture, des travaux spécialisés (débroussaillement), des équipements de surveillance et d’intervention (pistes, points d’eau, tours de guet, coupures de combustible) complétés par une signalisation et par une cartographie actualisée périodiquement.

Le code forestier prescrit les mesures de débroussaillement obligatoire autour des constructions et le long des infrastructures (routes, autoroutes, voies ferrées, lignes électriques), et permet au préfet de réglementer l’emploi du feu et l’accès des personnes et des véhicules aux forêts.
Le code de l’environnement permet au préfet de prescrire l’élaboration de plans de prévention des risques incendies de forêt, en particulier dans les zones périurbaines.
Le code de l’urbanisme organise le porter à connaissance par l’Etat aux collectivités territoriales des risques connus, et assure la prise en compte des prescriptions des plans de prévention des risques dans les documents d’urbanisme.

Informer le public et former les professionnels

Éducation en milieu scolaire, formation professionnelle ou adaptation à l’emploi, information et sensibilisation des usagers occasionnels, des estivants, des propriétaires, etc.. concourent à cette action.

Le plan de protection des forêts contre les incendies constitue le cadre général de la mise en œuvre de la politique de prévention au niveau départemental ou régional.

La majorité des feux de forêt étant d’origine humaine, une extrême prudence et une vigilance renforcée s’imposent à tous face au risque de feu de forêt.

Sur le même thème

Voir aussi