Observatoire des missions et des métiers : des nouvelles du répertoire des métiers

Crédit ci-après
© agriculture.gouv.fr

Un membre du CGAAER préside le comité d’actualisation du répertoire ministériel des métiers et des missions (RMM), dont la réunion annuelle, début décembre, a rassemblé la quasi totalité des services du ministère invités, signe que l’activité a trouvé sa place dans la politique RH du ministère.

L’année 2015 avait été marquée par la publication d’une nouvelle édition (papier et numérique) du RMM. Il s’agissait là d’une étape. Depuis, le comité s’est depuis attaché à faciliter la lecture du document RMM et à actualiser son contenu.

2016 aura ainsi permis :

  • de réduire le nombre des filières d’emploi : les métiers sont maintenant répartis entre 22 filières (et non plus 40) ; identifiable par un code couleur, chaque filière est précédée d’une définition synthétique ;
  • d’adopter un nouveau modèle de fiche-emploi type, plus complète et plus lisible ;
  • d’enrichir le RMM avec un lexique et un index des filières ;
  • et de mener à bien l’intégration d’opérateurs du ministère (ASP, IFCE, IRSTEA) dans le RMM.

Avec l’actualisation de fiches du ministère, ceci s’est traduit par l’adjonction de 22 nouvelles fiches et l’actualisation de 49 autres (pour un total de  270 fiches).

Les directions et services parties prenantes à l’exercice ont confirmé leur intérêt pour la démarche et participent à sa dynamique. C’est ainsi que le programme de travail de l’OMM pour 2017 comprend à la fois la création de fiches nouvelles, à établir en liaison avec les commanditaires (DGAL, DGER…), et le lancement de travaux préparatoires dans plusieurs domaines : numérique, laboratoires, maîtrise d’ouvrage, approche territoriale. A cet égard, un groupe technique a été mis en place sur les métiers des services territoriaux (services d'économie agricole notamment).

Parallèlement, en février 2016, la DGAFP avait lancé l’actualisation du Répertoire interministériel des métiers de l’État (RIME). Le ministère y concourt par des contributions écrites et participe à une dizaine de groupes thématiques, ainsi qu’aux réunions du comité de lecture interministériel. Il s’est en outre vu confier le pilotage de la refonte du domaine fonctionnel « Sécurité et qualité sanitaire de l’alimentation, santé des végétaux, santé et protection des animaux ».