Les experts alim'agri : qu'est-ce qu'un projet alimentaire territorial ?

Les projets alimentaires territoriaux (PAT) ont pour objectif de relocaliser l'agriculture et l'alimentation dans les territoires en soutenant l'installation d'agriculteurs, les circuits courts ou les produits locaux dans les cantines. Issus de la Loi d'avenir pour l'agriculture qui encourage leur développement depuis 2014, ils sont élaborés de manière collective à l’initiative des acteurs d'un territoire (collectivités, entreprises agricoles et agroalimentaires, artisans, citoyens etc.).

Viviane Valla, cheffe du bureau du pilotage de la politique de l'alimentation, expose leurs enjeux économiques, sociaux, environnementaux et de santé ainsi que leur utilité dans le développement des territoires.

Qu'est ce qu'un projet alimentaire territorial ?

Les projets alimentaires territoriaux, ce sont des démarches de terrain, volontaires, collectives. C'est un rassemblement des acteurs intéressés par la question de l'alimentation, qui se regroupent, qui établissent un diagnostique du territoire et qui cherchent et mettent en œuvre des solutions concrètes pour répondre à des problématiques locales.

Les projets alimentaires territoriaux peuvent s'étendre dans des échelles de territoires très différentes : de la petite commune à la grande région, en passant par les parcs naturels régionaux, les pays ou les départements. Ils peuvent avoir une visée sociale, économique ou environnementale, mais généralement c'est la combinaison de plusieurs de ces aspects qui est traitée dans ces projets. Par exemple :

  • mieux préserver la biodiversité et la qualité de l'eau ;
  • redynamiser le tissu économique local ;
  • augmenter la part des produits bio et locaux dans les cantines.

Ce qui rassemble ces démarches, c'est leurs caractères collectifs, communs et le fait qu'elles prennent en compte le sujet de l'alimentation dans son ensemble, de manière globale.

Le rôle du ministère de l'Agriculture, c'est d'abord de donner un cadre national à ces initiatives de terrain. Ça peut prendre différentes formes, mais par exemple, l'appel à projet national du Programme National pour l'Alimentation fait un focus, depuis deux ans, sur les projets alimentaires territoriaux et donne aux lauréats de la visibilité, en plus d'un soutien financier. En 2017, un dispositif de reconnaissance a été créé, qui permet d'apposer un logo sur les documents de communication du projet ou sur son site internet, ce qui permet d'avoir au projet plus de légitimité, plus de visibilité.

Les États généraux de l’alimentation ont confirmé le rôle moteur des projets alimentaires territoriaux dans le développement des territoires. La feuille de route qui en est issue nous demande donc d'accélérer le développement de ces projets alimentaires territoriaux, en y développant les aspects environnementaux de justice sociale, c'est-à-dire l'accès des personnes les plus vulnérables à une alimentation de qualité et le lien entre l'alimentation et la santé.

Aujourd'hui, 11 projets alimentaires territoriaux ont été reconnus par le ministère de l'Agriculture comme des démarches abouties. On a une dizaine de dossier en plus qui doivent être prochainement déposés pour obtenir cette reconnaissance. Et sur le terrain, ce qu'on constate c'est qu'on a de très nombreuses initiatives qui sont en train d'émerger, qui sont en train de se développer. Ce qui est la preuve que les acteurs de terrain considèrent que ces démarches sont utiles pour mieux produire et mieux s'alimenter.

Plaquette "Construire son projet alimentaire territorial" (PDF, 442.44 Ko)