Le charançon rouge du palmier
Crédit ci-après
© EPPO / Andrea Minuto - Centro di Saggio e Laboratorio Fitopatologico, CERSAA, Albenga (IT)

Le charançon rouge est un insecte coléoptère qui détruit les palmiers en les rongeant de l'intérieur. Il est présent dans plus de 60 pays où il menace les palmiers dattiers et les cocotiers, ainsi que les palmiers d'ornement. Le charançon rouge du palmier cause des dépérissements des palmes et dans certains cas critiques peut causer des chutes du sommet (apex) des palmiers.

Originaire de pays d’Asie du Sud et du Sud-Est, le charançon rouge du palmier a considérablement étendu son aire géographique et le spectre de ses hôtes au cours des trois dernières décennies.

Il a été détecté pour la première fois sur le territoire français en 2006. Le charançon est aujourd'hui largement disséminé dans les régions PACA (totalité du littoral), Occitanie (Pyrénées-orientales, Hérault, Aude et des premiers foyers dans le Gard), et Corse.

Un bilan complet de la situation est disponible sur le site des DRAAF :

Comment lutter contre le charançon rouge du palmier ?

Le charançon rouge du palmier est classé comme danger sanitaire de catégorie 1 au niveau national, d'intérêt général. La stratégie de lutte est rendue obligatoire par le ministère chargé de l'agriculture par arrêté ministériel du 21 juillet 2010, sur la base de la décision européenne du 25 mai 2007.
Elle repose sur trois éléments clefs :

  • une surveillance et une détection précoce de la présence du ravageur,
  • l’éradication de l'organisme nuisible par destruction du végétal contaminé ou de sa partie infestée,
  • des traitements préventifs autour des palmiers infestés afin d'éviter toute dissémination de l'insecte.

Ces trois actions sont mises en œuvre de façon proportionnée selon un zonage adapté au risque de dispersion de l'insecte. Il revient donc aux propriétaires des arbres infestés ou susceptibles de l'être (collectivités, particuliers etc.) de prendre sur prescription des services de l'Etat les mesures de lutte ou de prévention adéquates.

Au niveau international, un nouveau plan d'action pour empêcher la progression du charançon rouge du palmier a été approuvé en mars 2017 lors d'une réunion de haut niveau, organisée au siège de la FAO. Il s'agira notamment de mettre en place des interventions nationales en vue d'améliorer le contrôle du ravageur et l'implication des agriculteurs et de prendre des mesures au niveau international pour interdire l'importation de palmiers dépassant les 6 cm de diamètre, en provenance des pays infestés.

Perspectives

En matière d'évolution de techniques de lutte, l'endothérapie végétale (aussi appelée injection) mais aussi certains produits de lutte biologique pourraient présenter un intérêt notamment en permettant une alternative à la pulvérisation de produits insecticides sur les parties aériennes des palmiers. Les expérimentations sont encore en cours.

Par ailleurs, une évaluation par l'Anses est également conduite sur l'intérêt des approches collectives locales. L'implication de l'ensemble des acteurs étant en tout état de cause un des paramètres-clé pour la réussite du programme de lutte.

Voir aussi