L'Anses et l'Inra renforcent leur coopération
L'Anses et l'Inra ont signé une convention cadre le 27 février 2018 au Salon internationale de l'agriculture, afin de renforcer leur coopération autour de 4 axes : la santé des abeilles, la qualité nutritionnelle des aliments, l’étude des phénomènes de résistance aux antibiotiques et aux produits phytosanitaires et la caractérisation des organismes émergents nuisibles aux plantes.

Au-delà des travaux communs menés depuis de nombreuses années, quatre nouveaux sujets de coopération sont en cours: la santé des abeilles, la qualité nutritionnelle des aliments, l’étude des résistances aux antibiotiques et aux produits phytosanitaires, et la santé des végétaux.

Dans le cadre de ce nouvel accord, quatre axes de coopération sont prévus :

  • La santé des abeilles, avec l’étude des origines multifactorielles des phénomènes de mortalité observées depuis plusieurs années, dans le cadre d’un renforcement des partenariats entre les centres de recherche de l’Inra, notamment celui de PACA, et le laboratoire de référence de l’Union Européenne de l’Anses à Sophia Antipolis.
  • La qualité nutritionnelle des aliments, dans le cadre de l’Observatoire de la qualité des aliments (OQALI) mis en œuvre conjointement par des équipes de l’Anses et de l’Inra pour le compte des ministères en charge de l’agriculture, de la santé et de la consommation. Cet observatoire est inclus au sein du nouvel observatoire de l’alimentation créé par décret par ces ministères. L’objectif est notamment d’évaluer quantitativement les efforts des industriels pour améliorer la qualité nutritionnelle des aliments, et par exemple l’impact des chartes d’engagement des industriels et filières professionnelles en faveur d’une amélioration des propriétés nutritionnelles des produits mis sur le marché. 
  • L’étude des phénomènes de résistance aux antibiotiques et aux produits phytosanitaires sur la base des données fournies par les réseaux de surveillance mis en place et d’une meilleure connaissance des pratiques en élevage et des conduites des cultures.
  • La santé des végétaux avec la caractérisation des organismes émergents nuisibles aux plantes et l’étude des facteurs d’établissement et de dispersion dans les cultures et les espaces non cultivées. 

De nombreux partenariats aux formes multiples

L’Anses et l’Inra ont développé de longue date de nombreux partenariats dans les domaines de la santé animale, de la santé végétale et de la sécurité sanitaire des aliments.

  • Dans le domaine de l’expertise, via la participation de nombreux chercheurs de l’Inra aux collectifs d’experts mis en place par l’Anses, notamment dans les domaines de la santé végétale, de la santé animale, de la sécurité sanitaire et nutritionnelle des aliments, des biotechnologies ou encore de l’évaluation des produits phytosanitaires.

  • Dans le domaine de la recherche, via des unités mixtes (UMR), des bourses de thèse financées conjointement et de nombreux projets soutenus par l’agence nationale de la recherche (ANR), les fonds européens et les collectivités territoriales. 

  • Au travers de plateformes technologiques qui sont mises à disposition de façon réciproque aux équipes de recherche des deux organismes.

Par ailleurs, l’Inra est un des acteurs majeurs du réseau dit « R31 » animé par l’Anses pour coordonner, dans le champ de compétence de l’agence, les travaux menés sur des sujets sanitaires par les organismes de recherche et de santé publique de ce réseau.

 

Voir aussi