Intelligence artificielle dans les services publics : le ministère de l'Agriculture se distingue
22/11/2018
DGAL / agriculture.gouv.fr
Le 14 juin 2018, la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et la direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État (DINSIC), ont lancé, dans le cadre du programme d’investissements d’avenir (PIA), un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour expérimenter l’intelligence artificielle dans les services publics.

Cinq mois plus tard et après 52 dossiers analysés, les 6 lauréats ont été dévoilés le 21 novembre par le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Majhoubi. Ils ont désormais 10 mois pour expérimenter et tester l'intelligence artificielle pour leur projet. Parmi eux, le projet soumis par la Direction générale de l'alimentation (DGAL) du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation : « IAlim : cibler les contrôles de restaurants à partir des commentaires d'utilisateurs ».

Le projet IAlim

  • le pitch : pptimiser le ciblage des contrôles des restaurants dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments en orientant leur programmation à partir des commentaires et des avis présents sur les plateformes web (Trip Advisor, Google…) ;
  • l'objectif : augmenter l’efficacité des contrôles en identifiant en amont les établissements présentant des risques sanitaires ;
  • les défis : expérimenter avec des inspecteurs l'utilisation de cet outil ; utiliser les sites d’avis en ligne pour identifier les établissements les plus à risque.

Un accompagnement technique et « métier » pour les lauréats

Comme les autres lauréats, le projet de la DGAL bénéficiera d’un accompagnement :

  • technique, pour développer un proof of concept (POC) sur la problématique identifiée et monter en compétence sur les technologies d'intelligence artificielle ;
  • stratégique, pour appréhender la transformation du métier associée au développement de ce POC : impacts induits sur le métier des agents, les processus, conduite du changement, etc.

Ces projets seront menés à titre expérimental sur une durée de 10 mois : à la fin de cette période, une évaluation sera menée - à l’appui des retours des tests utilisateurs, de la maturité de l’IA, de l’appréhension des impacts métier induits, etc. - pour déterminer si le POC a fait ses preuves et sa capacité à être déployé. Des experts (institut de recherche, association, prestataire privé) en données, IA et impact du numérique sur les métiers seront mobilisés pour conduire l’accompagnement.

Plus d'infos :

Voir aussi