Infographie - Sécurité sanitaire : les contrôles aux frontières

Sécurité sanitaire : les contrôles aux frontières

Pourquoi des contrôles ?

Éviter l’introduction dans l’Union européenne de maladies animales ou végétales et de denrées non conformes en provenance de pays tiers.

Qui contrôle les produits importés ?

87 agents de la Direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture (DGAL). Ces agents sont regroupés au sein du SIVEP (service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières) qui comprend :

  • 28 PIF (postes d’inspection aux frontières) – Produits d’origine animale et animaux vivants
  • 19 PED (points d’entrée désignés) – Aliments pour animaux d’origine végétale
  • 34 PEC (points d’entrée communautaires) – Végétaux et produits végétaux

Pour contrôler quoi ?

Documents (systématique), Conformité (en fonction des risques), Analyses (en fonction des risques).

  • Produits d’origine animale (exemples : viandes, produits de la pêche, miel…) : recherche de métaux lourds, de bactéries…
  • Aliments pour animaux d’origine végétale : recherche de toxines, métaux lourds…
  • Végétaux et produits végétaux (exemples : fruits exotiques, fleurs coupées, semences…

Combien de contrôles en 2015 ?

  • Animaux vivants : 3 300 dont 12 refus d’entrée
  • Produits d’origine animale : 38 000 donc 330 refus d’entrée
  • Aliments pour animaux d’origine végétale : 2 300 dont 5 refus d’entrée
  • Végétaux et produits végétaux : 37 500 dont 454 refus d’entrée

(exemples : parasites sur des agrumes, détection de mouches des fruits sur des mangues, présence de métaux lourds dans les produits de la pêche, antibiotique dans du miel…)

Les lots refusés sont soit réexpédiés vers le pays d’origine, soit détruits ou, dans une moindre mesure, transformés.

Source : DGAL (Septembre 2016)