#EGalim - Que retenir des derniers résultats de l'étude individuelle nationale des consommations alimentaires ?
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr

L’alimentation joue un rôle essentiel sur notre santé. Les liens entre l’alimentation et la prévention ou l’apparition de certaines maladies, comme les maladies cardiovasculaires ou le cancer, sont aujourd’hui scientifiquement établis. Pour mieux prévenir certaines maladies, améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et garantir leur sécurité sanitaire et celle des consommateurs, il est indispensable de bien connaître l’alimentation ainsi que les habitudes de consommation (modes de consommation et quantités consommées par groupe d’aliments, rythme et lieux de ces consommations, etc.) de la population résidant en France. Il convient aussi de privilégier la diversité et une offre de produits alimentaires de qualité.

Dans ce but, l’Anses réalise à intervalles réguliers une étude individuelle nationale des consommations alimentaires (INCA). Les études INCA fournissent ainsi à un instant donné une photographie des habitudes et consommation alimentaire de la population française métropolitaine.

Les Français consomment en moyenne 2,9 kg d’aliments chaque jour,
soit environ 2 200 kcal, dont 50% de boissons.


Les femmes privilégient généralement les yaourts et fromages blancs, les compotes, la volaille et les soupes. Quant aux hommes, ils sont plutôt amateurs de fromages, de viandes, de charcuteries, de pommes de terre et de crèmes dessert. Une assiette des français dans laquelle on trouve toujours plus de produits transformés, une nette augmentation des compléments alimentaires depuis 2007, encore trop de sel et surtout pas assez de fibres.

Certaines pratiques des Français sont aussi potentiellement plus à risques : une consommation croissante de denrées animales crues, des températures relevées dans les réfrigérateurs qui ne sont pas toujours adaptées, des dépassements plus fréquents des dates limites de consommation.

Enfin, les niveaux d’activité physique et de sédentarité des Français peuvent quant à eux être qualifiés d’inadaptés : une activité physique insuffisante pour une grande partie de la population, un temps passé quotidiennement devant les écrans (hors temps de travail) qui ne cesse de croître, avec une augmentation moyenne sur les 7 dernières années de 20 minutes chez les enfants et d’1h20 chez les adultes.

Quelques chiffres sur l'étude

  • Plus de 5 800 personnes ont participé à cette grande étude nationale qui a mobilisé en 2014 et 2015 près de 200 enquêteurs.
  • 150 questions ont été posées aux participants sur leurs habitudes et modes de vie, 13 600 journées de consommations ont été recueillies, générant des données sur 320 000 aliments consommés.
  • Au total, 6 années auront été nécessaires pour actualiser la photographie des habitudes de consommation alimentaire de la population française.

Plus d'infos sur l'étude individuelle nationale des consommations alimentaires