COP 13 : promouvoir l’agro-écologie à l'international pour protéger la biodiversité
19/12/2016
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr
Après plus de deux semaines de discussions et de négociations, la COP 13 de la Convention sur la diversité biologique s’est terminée le 17 décembre avec l’engagement d’intégrer la biodiversité dans tous les secteurs. La COP 13 reconnaît l’intérêt de l’agro-écologie pour promouvoir la biodiversité en agriculture.

La COP 13 de la Convention sur la diversité biologique qui s’est tenue du 2 au 17 décembre a abouti à l’engagement des ministres à intégrer la biodiversité dans tous les secteurs par différentes actions :

Déclaration de la COP 13 de la Convention sur la diversité biologique (PDF, 647.49 Ko)

Les travaux ont également abouti à un ensemble de décisions sur l’intégration de la biodiversité dans les politiques sectorielles, les suites à donner au Rapport de l’IPBES sur les pollinisateurs (PDF, 1.25 Mo) (plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, équivalent du GIEC pour le climat) sur les pollinisateurs, le lien entre biodiversité et changement climatique, les aires protégées, la biologie de synthèse, etc.

Résumé des décisions COP13 (PDF, 629.61 Ko) dans le communiqué de presse du Secrétariat de la CBD.

 L’agro-écologie intégrée dans la décision finale de la COP13 sur l'agriculture

Dans une de ses décisions sur l'intégration de la biodiversité dans l'agriculture, la COP 13 reconnaît l’importance de promouvoir et d’appuyer les approches agro-écologiques et l’agriculture biologique. Elle encourage en agriculture l’utilisation d’une diversité significative de variétés et de races, ainsi que la biodiversité associée dans les systèmes agricoles (pollinisateurs, organismes auxiliaires…)

La décision reconnaît les différents travaux engagés à la FAO sur ces sujets, en particulier par la Commission des ressources génétiques pour l’agriculture et l’alimentation, et par l’initiative sur les pollinisateurs. Le programme de travail engagé sur l’agro-écologie à la FAO contribuera également à cette meilleure intégration de la biodiversité en agriculture.

Cette reconnaissance de l’intérêt de l’agro-écologie pour promouvoir la biodiversité en agriculture par cette Convention internationale est une étape importante dans la promotion de l’agro-écologie au niveau international engagée par la France.

A titre d’exemples d’actions entreprises en France sur le terrain, consultez les GIEE pour découvrir des agriculteurs engagés pour la biodiversité dans le cadre du projet agro-écologique.

En particulier:

Voir aussi