Séminaire de restitution de la prospective MOND’Alim 2030

Séminaire de restitution

MOND'Alim 2030
Panorama prospectif de la mondialisation des systèmes alimentaires

9 mars 2017, 14h-17h30

Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, 78 rue de Varenne, Paris 7ème, salle Gambetta

 

En matières agricole et alimentaire, les dynamiques locales sont de plus en plus conditionnées par des facteurs lointains et globaux : l'emploi en Bretagne est lié aux activités agroalimentaires au Brésil ou en Nouvelle-Zélande, le développement rural en Malaisie découle du rapport des consommateurs européens à l'huile de palme, le café au Vietnam dépend des décisions multilatérales sur le climat, les influences culinaires japonaises ou américaines rencontrent les traditions alimentaires européennes ou mexicaines, etc.

Cette mondialisation des systèmes alimentaires est autant économique que culturelle, sociale, politique, informationnelle, scientifique, juridique, etc. Elle désigne un processus multiséculaire qui se poursuit, se transforme, s'approfondit à certaines époques et s’atténue à d’autres. Afin de dégager les principales tendances qui le caractérisent, le Centre d’études et de prospective (CEP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a réalisé un panorama prospectif, en s’appuyant sur les réflexions d'un groupe d’une trentaine d’experts. Cet exercice collectif a donné lieu à la rédaction d’un ouvrage, édité par la Documentation française.

Un séminaire de restitution de cet exercice se tiendra le 9 mars prochain. Six thématiques y seront plus particulièrement abordées : évolutions des conduites et des modèles alimentaires ; dynamiques du commerce international ; structuration et diffusion des données, de la recherche internationale et des innovations ; mondialisation des risques et des problèmes publics ; stratégie des acteurs publics et privés qui fabriquent cette mondialisation ; enjeux et tendances en matière de gouvernance.

Entrée gratuite. Inscription obligatoire, en ligne.

  • Programme

13h30 Accueil, café

14h00 Introduction, par Bruno Hérault, chef du Centre d'études et de prospective

14h10 Les transformations à l’œuvre : conduites et modèles alimentaires ; commerce international ; données, recherche et innovations, par Julia Gassie, Pierre Claquin, Florent Bidaud (CEP)

14h45 Table ronde 1, avec Nicolas Bricas (CIRAD, directeur de la chaire UNESCO Alimentations du monde), François Luguenot (responsable de l'analyse des marchés chez In Vivo), Thomas Nesme (professeur d'agronomie, Bordeaux Sciences Agro), Yves Trégaro (MAAF, médiateur-délégué)

15h40 Enjeux et défis : risques et problèmes publics ; stratégies d'acteurs ; gouvernance et régulations, par Elise Delgoulet, Claire Deram, Alexandre Martin (CEP)

16h15 Table ronde 2, avec Sébastien Abis (directeur du Club Demeter), Benoit Daviron (CIRAD, chercheur à l'UMR MOISA), Pascale Parisot (ANSES, directrice générale adjointe), Sébastien Treyer (directeur des programmes à l'IDDRI)

17h10 Conclusion par un grand témoin : Bertrand Badie, professeur des Universités à Sciences-Po Paris

Informations pratiques : métro ligne 13 (Varenne) ou ligne 12 (Solférino)
Entrée gratuite. Inscription obligatoire, en ligne ou par téléphone auprès de Dany Hédreville au 01 49 55 85 72.
Pour entrer au ministère, il est obligatoire d'être inscrit et muni d'une pièce d'identité.

 

  • Questions/réponses 

À quoi sert la prospective ?
La prospective n’est pas une discipline ou une science, mais une démarche intellectuelle qui part des réalités passées et présentes pour anticiper les futurs probables et favoriser les futurs souhaitables. Il ne s’agit ni de planification ni de prévision, mais d’une anticipation au service de l’action. En tant que composante fondamentale de la décision publique, la prospective a pour objectif d’aider à penser demain pour agir aujourd’hui. C’est une méthode permettant de comprendre les phénomènes à l’œuvre, d’identifier les contraintes et obstacles, les opportunités et leviers.

Pourquoi une prospective sur la mondialisation ?
Après trois chantiers prospectifs principalement centrés sur l’échelle nationale voire infra-nationale, il nous a semblé intéressant de dépasser ces niveaux d’analyse et d’envisager le processus de mondialisation non pas comme un élément de contexte mais en tant que tel. C’est une problématique puissante et complexe pour comprendre les réalités et problèmes d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’oublier l’échelle « France », mais de faire le détour par le système-monde pour mieux cerner les opportunités et menaces pour notre pays.

De quelle mondialisation parle-t-on ?
Nous entendons par le terme « mondialisation » l’ensemble des phénomènes, dans tous les domaines de la vie en société, concourant à l’accroissement des interactions et interdépendances entre les acteurs et situations du monde,  et qui par cela tendent à construire un système de dimension planétaire. Il s’agit donc d’un processus, d’un mouvement plus qu’un état ou une situation. Ce processus est plus ou moins rapide et accentué selon les périodes, les domaines, les niveaux d’analyse.

Qu’entend-on par « systèmes alimentaires » ?
Un système alimentaire, c’est la manière dont les hommes s’organisent dans l’espace et dans temps, pour obtenir et consommer leur nourriture. Il ne s’agit donc pas seulement de l’agriculture et des échanges marchands, mais aussi des valeurs, des représentations, des organisations, des institutions, des acteurs, etc.

Contact : contact-mondalim@agriculture.gouv.fr