Les lauréats de l'appel à projets national 2016-2017 « Innovation et investissements pour l'amont forestier »
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / MinAgri.Fr

Lancé en décembre 2016, cet appel à projets national, financé par le Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB), a recueilli 111 candidatures : 89 projets à l'échelon régional et 22 projets à l'échelon national. Au terme d'un processus de sélection régional puis national, 35 projets ont été retenus, dont 13 ont fait l'objet d'une révision de leur périmètre. Tous les porteurs de projets ont été avertis individuellement.

Les 29 projets régionaux retenus se répartissent dans 11 régions métropolitaines et deux départements d'outre-mer (Guadeloupe et Guyane). En outre, 6 projets d'envergure nationale ont été retenus.

La sélection a mis l'accent sur les projets d'investissement les plus innovants et les plus opérationnels à court terme. Ceux-ci couvrent l'ensemble des thématiques du Programme national de la forêt et du bois (PNFB) : connaissance, exploitation et valorisation de la ressource forestière, adaptation de la ressource et de la sylviculture au changement climatique, gestion durable de la forêt.

Comme l'imposait le cahier des charges, les projets sont collectifs et marqués par la diversité des acteurs, soit comme porteurs de projets soit comme partenaires, puisque des organismes de recherche, des entreprises privées, des coopératives forestières, des établissements publics forestiers… sont représentés.

La liste des 35 lauréats par région

Auvergne-Rhône-Alpes

  • Nom et description du projet : Mobiliser à l'échelle territoriale par l'innovation et la synergie (METIS)

Nom du porteur de projet : URACOFOR ARA
Résumé du projet : les partenaires vont œuvrer ensemble pour lever des freins techniques et organisationnels à la mobilisation de bois dans six territoires à forts enjeux. Il s'agit de dépasser le cadre de réflexion et d'action habituel en adoptant une démarche concertée à l'échelle de grands massifs. Cette coopération public-privé sera au service d'une approche intégrée de la sylviculture, de l'exploitation et de la commercialisation, qui créera davantage de valeur ajoutée par une prise en compte accrue du rôle multi-fonctionnel de la forêt. La forêt sera donc considérée sous sa composante d'aménagement de territoire. Concrètement, le projet permettra d'acquérir des connaissances communes et contextualisées en lien avec les effets du changement climatique, de s'affranchir de la notion de propriété en faveur d'une gestion territorialisée, et de déployer de nouveaux équipements et méthodes d'organisation pour récolter plus de bois dans des contextes spécifiques (pente, très gros bois, biodiversité, paysage). Il permettra également d'optimiser l'acheminement des bois en combinant moyens de transport innovants à faible impact et nouveaux services logistiques. Enfin, un axe fort du projet est l'utilisation d'outils numériques pour une collaboration renforcée entre les acteurs et un approvisionnement local des transformateurs.

Bourgogne-Franche-Comté

  • Nom et description du projet : Adapter les process de transformation du Douglas

Nom du porteur de projet : ENSAM Cluny
Résumé du projet : le douglas est l’une des premières essences de reboisement en France, le massif de douglas y occupe 420 000 ha. Il est essentiellement situé en Bourgogne Franche-Comté, Nouvelle Aquitaine et Auvergne Rhône-Alpes. Sa vitesse de croissance, la qualité de son bois et la forte demande commerciale incitent à étendre les plantations dans des zones qui peuvent paraître limites vis-à-vis des paramètres climatiques futurs.
La valorisation des gros et très gros bois résineux et en particulier celle des douglas, représente une des actions prioritaires du Plan recherche-innovation 2025 de la filière forêt-bois. Le stock de gros et très gros bois (diamètres entre 50 et 70 cm et +) augmente fortement. Bien que ces bois constituent un potentiel très important de ressource disponible, ils sont délaissés par les scieries car leurs diamètres ne sont pas adaptés aux outils de transformation les plus performants dont sont équipées aujourd'hui les entreprises industrielles. De plus, ces bois pouvant comporter de gros nœuds et de qualités souvent très hétérogènes, ils répondent difficilement aux critères des produits principalement recherchés pour les marchés de la construction.
Dans la recherche de solutions pour valoriser ces gros bois, le procédé de déroulage est particulièrement bien adapté pour les transformer en feuilles de placages destinées à la fabrication de produits reconstitués pour la construction. Le LaBoMaP de l'ENSAM de Cluny dispose d'importants moyens d'expérimentation avec une ligne de déroulage bien équipée. Le principal objectif du projet est le développement de modèles permettant de connaître et d'optimiser les propriétés mécaniques de panneaux LVL en fonction du procédé, spécifiquement pour les gros bois de douglas.

Centre Val-de-Loire

  • Nom et description du projet : Du peuplier pour l'avenir

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Ile-de-France Centre
Résumé du projet : le projet vise à sécuriser les approvisionnements en peuplier des industries régionales afin de permettre aux filières industrielles de se maintenir voire de se développer (matériau écologique, renouvelable, circuit court, emploi local, fixation de carbone du fait de la croissance rapide du peuplier,...) tout en prenant pleinement en compte les enjeux d'environnement, d'aménagement du territoire et de paysage dans le contexte très particulier du Val de Loire - Patrimoine mondial de l'UNESCO. Une approche sociologique vise à appréhender la perception de différents publics par rapport au peuplier.

Corse

  • Nom et description du projet : Exploitation par câble-mât en Corse

Nom du porteur de projet : SAS ABC
Résumé du projet : le présent projet propose un nouveau mode d’exploitation totalement inédit pour la région Corse et par là-même, de nouvelles perspectives de développement pour la filière bois d’œuvre. En effet, à ce jour cette technique n’a jamais été déployée sur aucun massif de l’île, l’exploitation par câble long remontant à plus de 60 ans.
L’utilisation du « câble-mât » présente à ce titre plusieurs avantages :

  • Donner l’accessibilité à des parcelles jamais exploitées ou depuis plus de 50 ans du fait de leur topographie (forte pente…) sans création de nouvelles voies de desserte coûteuses en investissement et en entretien;
  • Éviter l’ouverture de tires de débardage plus particulièrement dans le cas de coupes définitives ;
  • Fournir un système démontable, transposable sur les zones diagnostiquées et reproductible sur d’autres secteurs ultérieurement (Castagniccia…). Cette technique a fait ses preuves en France notamment sur le Massif Alpin, dans le Massif Central et dans les Pyrénées.

Ce nouveau procédé d’exploitation apporte également une plus-value notamment en termes d’impact paysager et de réduction de nuisances sur l’environnement. Concernant l’intégration paysagère, la mise en place du câble-mât dispense d’ouverture de voirie et limite ainsi l’impact visuel (le passage des pistes et la multiplication de lacets peuvent être visibles de loin). D’autre part, il s’agit d’un mode d’exploitation forestière respectueux des sols et des semis, qui évite le passage d’engins (tracteurs, …) et ainsi de perturber la faune et d’impacter durablement les sols

Grand Est

  • Nom et description du projet : Extractibles forestiers de l'Est

Nom du porteur de projet : INRA Grand-Est Nancy
Résumé du projet : ce projet évalue les quantités, l'hétérogénéité et la mobilisation des ressources en composés terpéniques et polyphénoliques, présents dans les principales essences des régions Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté. Le LERFOB, le LEF et l'IGN mènent l'étude en associant de nombreux acteurs de la filière forêt-bois répartis en 4 collèges. La tâche 1 vise à connaître la ressource en extractibles en forêt et dans les connexes industriels de sapin, épicéa, chêne, douglas et hêtre, construire un outil d'aide à la décision (OAD) et synthétiser les connaissances. La tâche 2 anime une concertation régionale en diffusant les connaissances, présentant l'OAD et analysant le comportement des acteurs face à cette perspective d'innovation.

Fiche de synthèse du projet « Extractibles forestiers de l'Est » (PDF, 90.12 Ko)

  • Nom et description du projet : Le TVS 20

Nom du porteur de projet : SAS Vigneau Matériel Forestier
Résumé du projet : dans le Grand Est, une partie de la biomasse est sous exploitée voire inaccessible dans les zones de sols peu portants (zones humides) ou de fortes pentes. Ces zones sont très sensibles au compactage par des engins d’exploitations, ce qui génère souvent un coût supérieur d’exploitation et un impact écologique négatif. Pour ces raisons, cette ressource est souvent délaissée par les exploitants forestiers. La finalité de ce projet est donc de proposer aux professionnels du secteur un outil alternatif leur permettant de répondre à cette demande en respectant l’aspect écologique tout en limitant le coût d’exploitation : le TVS 20.
Ce projet cherche à apporter une solution innovante qui sera comparée aux machines actuelles. Il traitera aussi le sujet de la sous-exploitation ou de la non accessibilité de la biomasse dans les zones de sols peu portants ou de forte pente en amont, afin de définir les ressources mobilisables en forêt privée et en forêt publique, et éditera une notice technique et des recommandations pratiques relatives à l’exploitation dans les zones sensibles.

Fiche de synthèse du projet « SAS Vigneau Matériel Forestier » (PDF, 110.15 Ko)

  • Nom et description du projet : Optimisation des travaux sylvicoles post-tempête

Nom du porteur de projet : AgroParisTech centre de Nancy
Résumé du projet : ce projet est porté par 5 partenaires publics et privés. Il vise à :

  • fournir des conseils de gestion aux propriétaires et gestionnaires sur les travaux sylvicoles à entreprendre après une tempête pour un renouvellement de qualité, en fonction des stations, des peuplements antécédents, et des orientations du propriétaire pour la composition de son peuplement futur, notamment en tenant compte de l'évolution du climat ;
  • produire un outil d'aide à la décision pour cibler la hauteur des investissements nécessaires en fonction des résultats d'un diagnostic établi rapidement après la tempête ; il est ainsi attendu une motivation plus grande des propriétaires à reconstituer leurs peuplements ;
  • accompagner les propriétaires, gestionnaires et ETF par des formations visant à illustrer les conseils de gestion et à utiliser l’outil d'aide à la décision.

La force de ce projet opérationnel est de s'appuyer sur un travail scientifique porté par une thèse et sur la valorisation d'un jeu de données unique par son importance, tiré des mesures réalisées sur sites après les tempêtes de 1999.

Fiche de synthèse du projet « Optimisation des travaux sylvicoles post-tempête » (PDF, 102.33 Ko)

  • Nom et description du projet : Forêt Irrégulière École : un « Forest Lab » pour innover et partager

Nom du porteur de projet : Pro Silva France
Résumé du projet : ce projet porté par Pro Silva et ses six partenaires publics et privés, vise sur 3 ans (2017-2020) à :

  • créer une plate-forme - un  « Forest Lab » - d'acquisition de connaissances techniques et économiques pour la conversion des ex-TSF des plateaux calcaires en futaie irrégulière, à partir de 20 ans de réalisation du SIGFRA ;
  • créer, animer et pérenniser une « Forêt irrégulière École » (FlE), s'appuyant sur ce « Forest Lab », pour réaliser des formations, des études participatives, des chantiers «  démonstrateurs ».

La FIE s'adresse aux propriétaires, gestionnaires, ETF, élus du territoire. Il comporte 4 volets (base de données, études et « démonstrateurs », documents et outils pédagogiques, formation et animation).
Cette action innovante à l'échelle d'un territoire, comme celui du Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne, vise à la fois une mobilisation accrue des propriétaires et donc de la ressource, une meilleure connexion avec les transformateurs, une prise en compte exigeante de la biodiversité et des évolutions climatiques.

Fiche de synthèse du projet « Forest Lab » (PDF, 106.41 Ko)

  • Nom et description du projet : Mise en place d'outils de cartographie de la ressource pour le suivi de la gestion forestière par télédétection

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Grand-Est
Résumé du projet : ce projet vise à améliorer le pilotage de la gestion forestière via un outil de cartographie axé sur le suivi des coupes, l’identification de propriétés en retard d’exploitation et l’estimation des hauteurs et surfaces terrières de peuplements cibles. Images satellites et données LIDAR seront analysées par les laboratoires experts de la région (Universités de Strasbourg et de Liège). Leurs algorithmes seront calibrés et validés grâce aux données de terrain acquises par le CRPF avec l’appui de l’ONF pour l’élaboration du cahier des charges et l’expérimentation en forêt publique.
Déroulement de septembre 2017 à septembre 2020 : acquisition/traitement de données de télédétection ; terrain pour validation et calibration des algorithmes ; animation auprès des propriétaires ; partage de données et cartographie de la ressource.

Fiche de synthèse du projet « Mise en place d'outils de cartographie de la ressource pour le suivi de la gestion forestière par télédétection » (PDF, 99.6 Ko)

Hauts-de-France

  • Nom et description du projet : Qualification de la ressource en amont et commercialisation des bois vers l'aval

Nom du porteur de projet : Nord Picardie Bois
Résumé du projet : l’objectif du projet est de pouvoir identifier la ressource de la région, de la sylviculture jusqu’à la 1ère transformation au service des entreprises de 2e transformation, architectes, bureaux d’étude, ainsi que des futurs investisseurs extra-régionaux ou étrangers qui souhaitent s’implanter en région Hauts-de-France.
Pour réaliser cet objectif sur 36 mois, le projet se décline en 2 actions transversales :

  • Création d’une plate-forme dématérialisée de stockage de bois (étude et création de l’outil) ;
  • Classement des bois (Peuplier).

L’objectif de l’action 1 est de faciliter les échanges commerciaux entre l’Amont (offre) et l’Aval (demande), via une plate-forme dématérialisée (site internet, application ou autre outil digital). L’action portera sur la réalisation d’une étude d’opérationnalité (cahier des charges) qui définira le modèle économique le plus judicieux à adopter pour la filière et fluidifier les échanges en circuits courts, puis sur la création de l’outil.
L’action 2 intègre également l’utilisation d’une machine de classement des bois (peuplier), récemment inventée par l’entreprise AS BOIS, qui a déjà pu être testée avec les acteurs de la 1ère transformation. L'objectif de cette action sera d’être en capacité de pouvoir qualifier les bois après 1ère transformation.
Ce projet peut contribuer collectivement à une augmentation de la mobilisation des bois, encourager de nouveaux modes de ventes et pousser à une meilleure gestion forestière, en réponse à la demande du marché.

Fiche de synthèse du projet « Qualification de la ressource en amont et commercialisation des bois vers l'aval » (PDF, 88.08 Ko)

Normandie

  • Nom et description du projet : FERTICENDRES

Nom du porteur de projet : Biomasse Normandie
Résumé du projet : le développement de la filière bois-énergie en Normandie est constant et croissant depuis plusieurs années. La hausse du nombre de chaufferies tant en milieu industriel que collectif, entraîne de fait une augmentation des tonnages de cendres.
Les caractéristiques physico-chimiques de ces dernières leur confèrent des atouts pour un retour au sol tant agricole que forestier. Toutefois, le cadre réglementaire de cette voie de valorisation est peu opérationnel et limite les tonnages susceptibles d’enrichir ou de rééquilibrer les sols normands. L’objectif des travaux est de démontrer la pertinence et l’innocuité des cendres afin de faciliter le retour au sol et notamment sur parcelles forestières. En fonction des premières phases des travaux, un investissement dans un matériel adapté aux sols forestiers pourra être réalisé. L’objectif à terme est
d’aboutir à un fonctionnement optimisé sur le territoire et qu’en fonction de la localisation et des besoins des sols, les cendres des chaufferies "biomasse" puissent être valorisées dans une logique d’économie circulaire pleinement aboutie.

Nouvelle-Aquitaine

  • Nom et description du projet : Douglas : du plant à l'arbre

Nom du porteur de projet : Groupe Coopération forestière (GCF)
Résumé du projet : le Douglas est la deuxième essence de reboisement en France (10 millions de plants vendus 2015/2016). Au vu de la baisse inquiétante de la dynamique de reboisement en France, GCF et ses partenaires associés (pépiniéristes, coopératives et organisations de producteurs, CETEF, institut de recherche, FCBA, bureaux d’études et constructeurs) proposent le projet « Douglas : du plant à l’arbre ». Il vise à répondre aux enjeux de maintien de la capacité productive des forêts et donc de renouvellement de ces forêts en faisant du Douglas un levier de développement. La finalité du projet DOUGLAS est de moderniser par l’innovation chaque étape-clé de la production du Douglas : du plant à l’arbre (production de plants en godet et racines nues, logistique pépinière-chantier, techniques de plantation et préparation du sol, bio contrôle des ravageurs, élagage et qualité du bois, etc.). Les innovations proposées ne seront pas seulement techniques/technologiques, mais également économiques (baisse des coûts) environnementales (moyens de lutte physique contre les ravageurs, maîtrise des impacts sol, économie énergétique), et sociales (amélioration des conditions de travail des opérateurs, intégration des attentes sociales autour de la sylviculture Innovation et Douglas). Ce projet a pour cible l’ensemble des acteurs amont de la filière Douglas (les propriétaires forestiers, pépiniéristes et reboiseurs, ETF, organisation de producteurs), les acteurs du développement (parcs naturels, associations environnementales), jusqu’aux industriels de la 1ère transformation, en attente de produits de qualité.

Fiche de synthèse du projet « Douglas : du plant à l'arbre » (PDF, 101.39 Ko)

  • Nom et description du projet : Ressources génétiques et innovation variétale chez le pin maritime

Nom du porteur de projet : INRA Bordeaux-Aquitaine
Résumé du projet : ce projet propose de valoriser les avancées réalisées ces dernières années en génomique afin d'assurer la traçabilité des ressources génétiques du programme d'amélioration du pin maritime et de développer des stratégies de sélection innovantes pour créer des variétés mieux adaptées aux évolutions environnementales (changement climatique, arrivée possible du nématode) et économiques. Il travaillera notamment sur les ressources génétiques gérées par le GIS « Pin Maritime du Futur ». Les retombées directes sont, d'une part, une augmentation du gain des futures variétés grâce à la correction des erreurs de pedigree, et d'autre part, l'optimisation de stratégies d'amélioration génétique permettant d'accélérer les cycles de sélection et d'intégrer de nouveaux critères d'intérêt. D'une durée de trois ans, ce projet est porté par un consortium formé par l'INRA (pilote) et le FCBA.

Fiche de synthèse du projet « Ressources génétiques et innovation variétale chez le pin maritime » (PDF, 101.99 Ko)

  • Nom et description du projet : Taeda de France

Nom du porteur de projet : SARL Pépinières Naudet
Résumé du projet : les objectifs du projet sont : l'installation de vergers à graines de famille et de clone de pin taeda en France métropolitaine ; Évaluer des itinéraires sylvicoles innovants et mener des actions de développement forestier.
Les cibles sont les propriétaires, gestionnaires forestiers et l’industrie du bois.

  • Nom et description du projet : MOBIBOIS PYRLIM

Nom du porteur de projet : ONF Pyrénées Atlantiques
Résumé du projet : le projet MOBIBOIS PYRLIM a pour objectif de trouver une démarche innovante et reproductible à tous les territoires, pour mobiliser plus de bois en forêt publique et en forêt privée, en connaissant mieux la ressource, en optimisant les flux de bois et en réalisant des chantiers mutualisés. Pour ce faire, il s'agit :

  • d'acquérir des données LIDAR aéroporté, de les traiter et de les dériver sous forme de modèles numériques (terrain, hauteur et élévation), de détecter la desserte forestière (routes et pistes forestières) ;
  • de créer un modèle d'estimation du volume par la mise en place de placettes de référence sur le terrain permettant de calibrer les modèles de prédiction ;
  • d'identifier des projets de desserte à privilégier et de choisir un système d'exploitation par UG ;
  • de mutualiser des chantiers d'exploitation forestière entre la forêt publique et la forêt privée par des actions d'animation de concertation entre les communes et les propriétaires privés.

Les cibles du projet sont les propriétaires forestiers et les communes. Le projet a une durée de 3 ans : un an pour les données et 2 années d'animation. MOBIBOIS deviendra une démarche clé de mobilisation de bois entre la forêt publique et la forêt privée qui instaurera des habitudes de travail communes.

Fiche de synthèse du projet « MOBIBOIS PYRLIM » (PDF, 101.15 Ko)

  • Nom et description du projet : Chaîne numérique d'informations au service de la compétitivité des entreprises

Nom du porteur de projet : Comité de développement Forêt Bois Aquitaine (CODEFA)
Résumé du projet : le projet consiste à mettre en œuvre des échanges de données informatisées sur l’ensemble de la chaîne d’information en amont de l’exploitation et dans le processus de production: la région  Nouvelle Aquitaine est choisie comme région Pilote, en vue d’une expansion nationale in fine.
L’échange de données informatisé concernera les axes suivants :
• Pôle 1 : Échanger des informations et assurer la gestion administrative des chantiers (extension du périmètre et des fonctionnalités du projet FORETDATA, Faciliter les passerelles)
• Pôle 2 : Échanger entre opérateurs et donneurs d’ordre les données de production (Récupérer et valoriser les informations de production des machines d’exploitation forestières)
• Pôle 3 : Gérer des flux de données entre fournisseurs, transporteurs et clients (Développements de connecteurs en s’appuyant sur les standards existant et l’expérience d’eMOBOIS

Fiche de synthèse du projet « Chaîne numérique d'informations au service de la compétitivité des entreprises » (PDF, 102.32 Ko)

  • Nom et description du projet : Observatoire « territoires-gibiers »

Nom du porteur de projet : Groupement d'Intérêt Public Aménagement de Territoire et Gestion des Risques (GIP ATGeRi)
Résumé du projet : les partenaires du projet (GIP ATGeRi, Fédération Régionale des chasseurs de Nouvelle Aquitaine et les Fédérations départementales, le CNPF Nouvelle Aquitaine, l'ONF, le SYSSO, AFB, URCoFor, la Chambre Régionale d'Agriculture Nouvelle-Aquitaine) proposent de poursuivre le développement de l'observatoire Cervidés et Massif Forestier des Landes de Gascogne selon trois axes :

  • ouverture de l'Observatoire à tous les départements de la Région Nouvelle-Aquitaine ;
  • amélioration des synthèses partagées par l'Observatoire ;
  • animation autour de l'observatoire afin que les partenaires forestiers et chasseurs utilisent cet outil.

Ces 3 axes de développement permettront d'avoir un outil partagé entre les différents acteurs qui servira de base pour un diagnostic. L'observatoire « territoires-gibiers » permettra d'apporter sa contribution aux discussions au sein des différentes instances (CDCFS, comités de concertation locaux, comité paritaire régional et CRFB) et formes d'organisation et de concertation propre à chaque département.

  • Nom et description du projet : NEOSYLVAQ

Nom du porteur de projet : Cabinet COUDERT
Résumé du projet : le projet vise à utiliser les nouvelles technologies pour rendre le système de vente de bois économique et dynamique, numériser chaque étape et fluidifier l'information pour augmenter la mobilisation de bois et amener les propriétaires forestiers à la gestion. Pour cela, sur les trois ans du projet il sera  :

  • - créé et mis en place un système de vente de bois aux enchères informatisé couplé à une plate-forme de vente en ligne (la 1ère plate-forme de vente en ligne de bois sur pied en France) : le système de vente SYLVATRADE ;
  • - créé et mis en place une plate-forme SIG numérique de mutualisation des données pour une gestion optimisée et concertée, accessible à tous les acteurs (propriétaires, gestionnaires, acheteurs), et sécurisant la pérennité de la ressource (renouvellement des peuplements suite à coupe).

Les cibles sont les propriétaires forestiers, les gestionnaires et les acheteurs.

Fiche de synthèse du projet « NEOSYLVAQ » (PDF, 101.14 Ko)

  • Nom et description du projet : Qualification spatialisée de la ressource en pin

Nom du porteur de projet : Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest (SYSO)
Résumé du projet : le projet vise  à développer à partir de technologies nouvelles une connaissance de la ressource pin maritime en Nouvelle-Aquitaine plus fine que les résultats de l’inventaire forestier national. L’objectif est d’établir un état de l’offre et d’évaluer la capacité de mise sur le marché. À partir de modèles numériques de hauteur de canopée produits par l’IGN et de données du LIDAR aérien, une cartographie des hauteurs moyennes des peuplements de plus de 5 ans sera établie ainsi que du volume en pin maritime à l’échelle de la commune. La méthode sera celle mise au point dans PINASTEREO pour les futaies régulières de pin maritime. Une extension de la méthode sera également mise en œuvre aux peuplements en mélange de la Double. Les cartographies pourront être produites tous les 3 ans (2015 puis 2018 dans le projet).

Occitanie

  • Nom et description du projet : Développer et valoriser le dispositif « Forêt Irrégulière Ecole » un concept unique et précurseur en France

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Languedoc-Roussillon
Résumé du projet : le dispositif partenarial de Forêt irrégulière École (FIE) a été initié en décembre 2015 à la suite d' un consensus partagé entre les acteurs forestiers privés et publics cévenols. L'intérêt pour la sylviculture irrégulière, porté par les propriétaires, les élus, les institutions et les gestionnaires est fort et diversifié (gestion patrimoniale, maintien des paysages, optimisation des productions, maintien d'habitats, etc) mais les références concrètes et chiffrées manquent localement. Le projet s'appuie sur 2 piliers : 1- L'acquisition de connaissances et de références sylvicoles et économiques ; 2- Un axe formation valorisant les mesures effectuées et les données collectées.
Physiquement la FIE se traduit par une forêt privée de 160 ha complétée par des parcelles « satellite » appartenant à des forêts publiques (sectionnale, domaniale) et privées afin de disposer de peuplements aux faciès et enjeux variés. Ces sites concentrent les dispositifs de suivi, d'expérimentation et de formation.
L'enjeu de ce projet de 3 ans résulte de l'approche combinée de :
- la poursuite et le développement par l'exemple des recherches effectuées jusqu'alors sur les traitements irréguliers,
- la construction et la mise à disposition d'outils fonctionnels et efficients pour les praticiens de terrain,
- la transmission du savoir acquis par le biais d'informations et de formations auprès des publics forestiers du Massif Central pour une montée en compétence des différents acteurs sur ce thème.

  • Nom et description du projet : INNOV'ILEX : la gestion durable du chêne vert au service de son innovation !

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Occitanie
Résumé du projet : le projet fédère un partenariat technique et scientifique pour impulser et accompagner une nouvelle dynamique de gestion et de valorisation de la ressource forestière chêne vert. Il a pour objectif de proposer une sylviculture de qualité de cette essence qui réponde aux constats actuels de menaces climatiques, de croissances stagnantes dans des taillis fermés, et de potentialités bois d’œuvre non valorisées. Il établira une typologie solide des peuplements à chêne vert et mettra en cohérence les enjeux forts à préserver, les résultats de travaux scientifiques et des initiatives pilotes pour améliorer leur résilience, leur production et leur renouvellement. Il s'appuiera sur des objectifs de produits innovants et performants de revêtement de sol qui intéressent déjà plusieurs entreprises des régions concernées. Il étudiera les modalités technico-économiques de réalisation de ces pratiques et accompagnera des modes d'organisations des propriétaires pour les mettre en œuvre collectivement (ASLGF, GIEEF, ...). Séminaire et supports techniques serviront à la transmission de ses résultats auprès des propriétaires, gestionnaires et exploitants forestiers.

  • Nom et description du projet : MécaFOx – Mécanisation de l'exploitation des feuillus en Occitanie

Nom du porteur de projet : Alliance Forêts Bois (AFB)
Résumé du projet : MécaFox vise l'augmentation des volumes mobilisés issus de la mécanisation des exploitations de peuplements feuillus d'Occitanie, pour améliorer la valorisation des bois à la propriété, diminuer les coûts d'exploitation et approvisionner les marchés locaux de manière plus compétitive et durable. Pour cela, MécaFox combine des approches plus globales de filière en regardant les impacts tant au niveau de la propriété forestière que sur la qualité des bois rendus chez les industriels utilisateurs (bois d'industrie et bois d’œuvre), tout en s'appuyant sur l'expertise et le savoir-faire des ETF et exploitants forestiers du territoire.
Grâce à une équipe projet filière composée de représentants de la propriété (AFB, CRPF, CA du Lot), d'exploitants forestiers (AFB, SEBSO), d'un centre technique (FCBA) et de centres de formation (CFPPA de Bazas et Meymac, Lycée Alquier), d'industriels (Fibre Excellence St Gaudens, UCOPAC, Castagné et Fils, Briolance Bois), MécaFox se pose comme un projet opérationnel et structurant pour l'Occitanie et les régions voisines.

Provence-Alpes-Côte d'Azur

  • Nom et description du projet : MEDForFUTUR

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Provence Alpes Côte d'Azur
Résumé du projet : MEDForFUTUR a pour objectif de dynamiser l’adaptation de la gestion aux changements climatiques en proposant des sylvicultures innovantes adaptées au contexte méditerranéen. Il s’agira de tester des plantations, sous couvert des peuplements sur pied, d’essences qui soient adaptées aux changements climatiques. Des enrichissements seront menés sur des parcelles de référence par les propriétaires privés et par l’ONF en forêt domaniale permettant la démultiplication d’expérimentation en condition de gestion et mettant en place une sylviculture participative réalisées sur 2 étages bioclimatiques.  Cela permettra de rendre les gestionnaires et les propriétaires publics et privés acteurs de l'adaptation des forêts aux changements climatiques en leur fournissant de l'information utilisable (de la science vers la gestion) et en les impliquant dans une démarche expérimentale d’acquisition de connaissances (de la gestion vers la science).

Fiche de synthèse du projet « MEDForFUTUR » (PDF, 95.52 Ko)

Pays de la Loire

  • Nom et description du projet : CONQueTh Capacité d'Occupation du Nord par les Quercus Thermophiles

Nom du porteur de projet : CNPF / CRPF Bretagne Pays de la Loire
Résumé du projet : une possible solution pour adapter les chênaies de la moitié nord du pays aux risques liés au changement climatique et ainsi assurer le maintien de l'approvisionnement de toute une filière serait de les diversifier progressivement par l'introduction d'espèces plus résistantes. Parmi les chênes thermophiles, le chêne pubescent, proche botaniquement du sessile et du pédonculé est un candidat sérieux d'autant qu'en conditions stationnelles favorables, les qualités de son bois semblent très proches de celles du chêne pédonculé (chênaie Atlantique, 2011). Le projet se propose, dans les régions concernées :

  • de rechercher les liens éventuels entre l'évolution du climat et celle de la ressource en chênes sessile, pédonculé et pubescent,
  • de préparer l'installation d'un réseau trans-régional d'expérimentations visant à évaluer les impacts de techniques sylvicoles sur la croissance et/ou l'implantation du chêne pubescent,
  • de repérer des peuplements source de graines et d'organiser leur évaluation pour aider aux choix des provenances à privilégier en plantation,
  • d'établir la table de séchage du bois de chêne pubescent,
  • de créer et d'utiliser des outils pédagogiques destinés à la sensibilisation ainsi qu'à la formation d'un large public.

Fiche de synthèse du projet « CONQueTh Capacité d'Occupation du Nord par les Quercus Thermophiles » (PDF, 104.29 Ko)

Guadeloupe

  • Nom et description du projet : Développement de la mobilisation de la ressource en Mahogany et autres essences en Guadeloupe

Nom du porteur de projet : ONF / DR Guadeloupe
Résumé du projet : le projet vise à développer une filière bois d’œuvre à partir de l'essence Mahogany et des essences associées (bois rouge) en Guadeloupe.
Il s'articule autour de quatre axes d'action principaux :

  • réalisation d'un chantier démonstrateur d'exploitation des plantations de Mahogany et autres bois ;
  • prospection orientée vers la recherche d'utilisateurs de bois de Mahogany ;
  • analyse de l'exploitabilité de la ressource existante et recherche de solutions adaptées à la Guadeloupe en termes d'exploitation. Consolidation du potentiel de récolte annuelle évalué par les études antérieures en vue de calibrer la filière bois Mahogany en fonction des volumes mobilisables dans le cadre d'une gestion durable ;
  • développement d'une sylviculture durable du Mahogany en Guadeloupe en favorisant les transferts de bonnes pratiques au niveau régional, notamment à partir du savoir-faire existant en Martinique, et en évaluant les solutions de mécanisation pour consolider la viabilité économique et sociale de cette sylviculture.  

Guyane

  • Nom et description du projet : PLATEXFOR

Nom du porteur de projet : ONF / DR Guyane
Résumé du projet : le projet vise à mettre en place une plate-forme des données logistiques de l'exploitation forestière depuis l'inventaire des coupes jusqu'au transport des bois vers les unités de transformation. Cet outil a vocation à être partagé par tous les acteurs de la filière amont (gestionnaires des forêts ONF, exploitants forestiers, scieurs).
Il consiste à réaliser une analyse des besoins de chaque acteur, à mettre en place un serveur central et des outils de saisie de terrain et de consultation à distance.

Fiche de synthèse du projet « PLATEXFOR » (PDF, 103.27 Ko)

  • Nom et description du projet : Banque de semences forestières de Guyane Française

Nom du porteur de projet : SCEA L'AgroForestière
Résumé du projet : le projet consiste à mettre en place une banque de semences forestières issues de Guyane française. Il se structure autour de 3 axes : l'approvisionnement en matériel forestier de reproduction (MFR), les process de séchage et la diffusion des résultats à l'ensemble de la filière. La récolte est un point clé pour l'émergence d'une filière plantation forestière, alternative complémentaire au modèle d'exploitation actuel du bois en forêt guyanaise. La SCEA l'AgroForestière (LAF) se positionne comme un acteur moteur pour la création d'une unité de séchage de semence et le mise en place d'un verger à graine. Elle s'entoure des acteurs clés de l'amont forestier à savoir l'ONF (gestionnaire principal des forêts en Guyane) afin de cibler les essences intéressantes, ainsi que de l'expertise du CIRAD et de SIMA-PECAT pour élaborer des process de séchage et le suivi de croissance des MFR. Le CTBFG accompagnera la LAF dans la conception de ses outils grâce aux conseils et retours d'expériences et assurera le transfert des résultats à l'ensemble de la filière (aval).

Fiche de synthèse du projet « Banque de semences forestières de Guyane Française » (PDF, 102.57 Ko)

  • Nom et description du projet : CartoDiv

Nom du porteur de projet : Institut de recherches pour le Développement (IRD)
Résumé du projet : ce projet s'inscrit dans le cadre de l'amélioration de la gestion et de l'exploitation des forêts tropicales dans un contexte de mégadiversité des essences où les difficultés d'inventaire et de pénétration en forêt profonde limitent actuellement la connaissance des forêts. Il vise à établir une méthode de cartographie des espèces de la canopée des forêts tropicales par télédétection aéroportée. Les points méthodologiques clefs sont la fusion des données lidar et hyperspectrales, la segmentation des houppiers, et la discrimination des essences. Les données de télédétections aéroportées ont été acquises en 2016 par le CNES. Les développements méthodologiques seront assurés par les chercheurs et ingénieurs (AMAP, ONF) du projet. Le soutien financier demandé vise essentiellement à couvrir les frais de terrain associés à la validation des méthodes de reconnaissance pour en évaluer la pertinence à une échelle spatiale réellement opérationnelle.

Fiche de synthèse du projet « CartoDiv » (PDF, 104.24 Ko)

  • Nom et description du projet : DendroLidar

Nom du porteur de projet : Institut de recherches pour le Développement (IRD)
Résumé du projet : le projet vise à développer des outils pour la télédétection de la ressource en bois d'oeuvre à l'aide de lidar aérien couplé à de la photo très haute résolution (THR) permettant d'améliorer les prévisions de récoltes par qualité et d'optimiser la planification des zones à exploiter en fonction de la demande. Des acquisitions géo-référencées au lidar terrestre seront réalisées pour la caractérisation allométrique des principales essences commerciales de Guyane (année 1). Les données modélisées de biovolume par compartiment issues du lidar terrestre seront utilisées pour entraîner un modèle de prédiction du biovolume à partir des caractéristiques morphométriques issues des acquisitions aéroportées pour développer des modèles prédictifs de la ressource (année 2). En parallèle des algorithmes de reconnaissance des espèces d'intérêt à partir de photo (THR) (année 2) seront évalués. L'ensemble de la chaîne de traitement sera mis en œuvre et testé en année 3 en conditions réelles.

Fiche de synthèse du projet « DendroLidar » (PDF, 104.24 Ko)

Projets nationaux

  • Nom et description du projet : RESeau national multiPartenaire d'Evaluation de Ressource gENétiques foreStièrEs pour le futur - ESPERENSE

Nom du porteur de projet : RMT AFORCE
Résumé du projet : afin de proposer aux gestionnaires forestiers des alternatives en termes de choix d'espèces et de provenances pour faire face aux impacts possibles du changement climatique sur les peuplements existants, l'identification des ressources génétiques les plus résilientes et l'évaluation de nouvelles ressources génétiques dans des conditions pédoclimatiques où leur comportement n'est pas connu à ce jour, nécessitent la mise en place d'un nouveau réseau expérimental national multipartenaires. Les partenaires de la recherche publique sont mobilisés dans ce projet pour construire un réseau fondé sur l'échange de données entre acteurs de l'expérimentation forestière et l'utilisation d'une infrastructure nationale interopérable de bases de données.

Fiche de synthèse du projet « RESeau national multiPartenaire d'Evaluation de Ressource gENétiques foreStièrEs pour le futur - ESPERENSE » (PDF, 30.85 Ko)

  • Nom et description du projet : Forêts-21

Nom du porteur de projet : INRA Bordeaux
Résumé du projet : la proposition Forêts-21 consiste à développer un service web forestier opérationnel de monitoring et pilotage stratégique basé sur une projection spatialisée de la production et des fonctions environnementales des forêts de production couvrant la période 2020-2100. Ce service, construit en coopération avec les gestionnaires, sera alimenté par les simulations d’un ensemble de modèles raccordés au simulateur GO+. Il permettra de prendre en compte de façon interactive tout un ensemble de schémas de sylvicultures, leurs performances économiques et environnementales et leur vulnérabilité aux tempêtes, sécheresse et incendies. La subvention demandée permettra la réalisation des bibliothèques de simulations nécessaires et de l’interface utilisateur du service. Le projet s’étendra sur trois années, qui permettront d’associer les représentants professionnels et opérateurs publics ou privés concernés et de former les panels d’utilisateurs du service.

Fiche de synthèse du projet « Forêts-21 » (PDF, 101.55 Ko)

  • Nom et description du projet : Adaptation des pépinières forestières françaises à l'environnement de demain

Nom du porteur de projet : Syndicat National des Pépiniéristes Forestiers (SNPF)
Résumé du projet : les 3 objectifs de ce projet, porté par le SNPF, sont :
- Adapter les productions des entreprises partenaires aux futures conditions climatiques (périodes de sécheresses prolongées, excès de chaleur, forte variabilité des températures saisonnières). Les Investissements en matériel et équipements seront réalisés entre 2017 et 2020.
- Mettre en place de solutions ou d’itinéraires de culture innovants pour entretenir les cultures, les sols et les abords des pépinières par des moyens autres que l’emploi de produits phytopharmaceutiques. Les Investissements en matériel et équipements seront réalisés entre 2017 et 2020 après une phase expérimentale en 2017 et 2018 par des entreprises pilotes.
- Expérimenter et mettre en place, en pépinière, une solution de protection biologique contre l’hylobe sur les plants forestiers avant leur commercialisation dans le but d’éliminer l’impact écologique des insecticides sur l’environnement et d’améliorer la sécurité des utilisateurs des plants. Les Investissements dans la mise au point et la fabrication d’équipement pour l’application des solutions protectrices seront réalisés entre 2018 et 2020 après une phase de test des nouveaux produits en 2017 et 2018 sur des parcelles de plantation expérimentales.

  • Nom et description du projet : Exosquelettes pour le travail en forêt (EXTRAFOR)

Nom du porteur de projet : EXHAUSS
Résumé du projet : le projet EXTRAFOR vise à développer des exosquelettes adaptés aux travaux forestiers (exploitation et sylviculture) pour apporter des solutions à l’usure physique existante chez les opérateurs de terrain mais aussi rendre ces métiers moins exigeants et plus attractifs. Pour ce faire, le projet comporte une phase d’observation de ces métiers afin de rédiger des cahiers des charges répondant bien aux besoins de terrain. Il s’ensuivra une phase de développement du matériel puis une phase d’évaluation sur le long terme (1 an). Le projet se clôturera par une tâche permettant d’aider au déploiement et à l’acceptation du matériel développé puisqu’il est prévu d’aboutir à des exosquelettes commercialisables. Le projet durera 3 ans, temps nécessaire pour bien identifier les besoins et évaluer le matériel en toutes saisons et conditions de travail.

Fiche de synthèse du projet « Exosquelettes pour le travail en forêt (EXTRAFOR) » (PDF, 103.32 Ko)

  • Nom et description du projet : Sécurisation de l'approvisionnement en Matériel Forestier de Reproduction (graines et plants) en quantité et en qualité dans un contexte de changements globaux (SECUR-MFR)

Nom du porteur de projet : INRA Orléans
Résumé du projet : dans un contexte climatique et socio-économique en pleine évolution, le projet vise à sécuriser l’approvisionnement en matériel forestier de reproduction, à la fois d’un point de vue quantitatif et qualitatif (prise en compte des facteurs favorables et défavorables à la floraison, à la fructification et à la qualité physiologique des semences).
Il visera : à mieux comprendre l’impact du climat sur la reproduction (de la fleur à la graine) en installant/développant des outils de surveillance et de diagnostic ; à développer des outils de caractérisation haut-débit de la qualité génétique et physiologique des fruits et semences.

Fiche de synthèse du projet « Sécurisation de l'approvisionnement en Matériel Forestier de Reproduction (graines et plants) en quantité et en qualité dans un contexte de changements globaux (SECUR-MFR) » (PDF, 100.87 Ko)

  • Nom et description du projet : XYLODENSMAP

Nom du porteur de projet : INRA Grand-Est Nancy
Résumé du projet : ce projet, porté par l'INRA, vise à caractériser de manière précise et exhaustive la masse volumique du bois pour l’ensemble des ressources forestières en France métropolitaine. Il constitue une innovation de rupture, apporte ainsi des outils et des connaissances nouvelles et inédites pour la caractérisation de la qualité des bois pour les industriels mais aussi pour la comptabilité du carbone forestier, en permettant la mesure annuelle des accroissements en biomasse des forêts françaises.
Ce projet associe l’INRA, l’IGN, La Fédération Nationale du Bois et l’Université de Lorraine et se positionne dans le projet C3 « Promouvoir le suivi et le pilotage intelligents des forêts » du Plan Recherche et Innovation 2025 (D’Amécourt et al, 2016) et plus précisément dans l’action C3-2 « Amélioration des méthodes et outils d’évaluation et de prédiction d’évolution de la ressource forestière à différentes échelles et à partir de sources multiples d’information ».
Ce projet est également soutenu par les pôles de compétitivité Fibres Energivie et IAR.

Fiche de synthèse du projet « XYLODENSMAP » (PDF, 89.01 Ko)