DGAL : le rapport d'activité 2016 en vidéo


 


La Direction générale de l’alimentation (DGAL) veille à la sécurité et à la qualité des aliments à tous les niveaux de la chaîne alimentaire, ainsi qu’à la santé et à la protection des animaux et des végétaux, en coordination avec les services de l’État en régions et départements et avec les différents acteurs concernés : professionnels du monde agricole, associations, consommateurs…

Elle élabore le dispositif juridique correspondant à ses missions et en contrôle l’application avec l’appui des services déconcentrés. Aux niveaux européen et international, elle assure la promotion des modèles alimentaire, sanitaire et phytosanitaire français.

Chiffres, faits marquants, la DGAL en bref, consultez ci-dessous l’ensemble des éléments du rapport d’activité 2016 de la Direction générale de l’alimentation.

Les faits marquants 2016

L'année 2016, marquée par plusieurs crises sanitaires (influenza aviaire, fièvre catarrhale ovine, Xylella  fastidiosa), a mis à rude épreuve nos équipes sur le terrain et nous a amenés à approfondir la réflexion déjà  engagée sur notre dispositif de sécurité sanitaire.

Comment améliorer la surveillance du territoire et prévenir ces crises qui ont lourdement affecté et affectent  encore les éleveurs ? Comment être plus performants collectivement ? Ce travail de réflexion a été mené notamment dans le cadre de l'élaboration du Plan stratégique de la DGAL 2017-2019.

Nous devons nous inscrire dans une perspective de long terme, adapter et améliorer notre organisation et nos modes de fonctionnement de manière continue. Il s'agit également de savoir comment mieux anticiper les  évolutions et les attentes de la société dans le domaine des politiques de l'alimentation et de la maîtrise des risques, qu'ils soient sanitaires ou environnementaux. À cet égard, le Conseil national de l'alimentation renouvelé dans des fonctions élargies constitue un outil de démocratie participative qui viendra éclairer nos politiques publiques de l'alimentation.

La mise en transparence des résultats des contrôles sanitaires de tous les établissements de la chaîne alimentaire répond aussi à certaines de ces attentes.

La DGAL a comme ambition et comme nécessité de préparer l'avenir pour une alimentation et une agriculture plus sûres et durables, dans l'esprit du Projet agro-écologique pour la France, initié par le ministre Stéphane Le Foll. Six des grands chantiers qu'elle pilote s'inscrivent dans cette démarche : Politique nationale de l’alimentation, Écophyto, Écoantibio, le Plan semences et plants pour une agriculture durable, le Plan sur le développement durable de l'apiculture, et le dernier né, la stratégie de bien-être animal impulsée en avril 2016. Les avancées obtenues dans chacun de ces domaines doivent être consolidées au cours des prochaines années.

Rapport d'activité DGAL 2016 - Les faits marquants (PDF, 1.38 Mo)

La DGAL 2016 en bref

La Direction générale de l’alimentation (DGAL), ce sont près de 4 800 agents en administration centrale et services déconcentrés auxquels s’ajoutent 14 000 vétérinaires sanitaires habilités par l’Etat, 30 laboratoires nationaux de référence et environ 150 laboratoires d’analyses spécialisés, en majorité départementaux.

Chaque année : plus de 30 000 contrôles en élevage, près de 60 000 inspections d’établissements de la chaîne alimentaire, plus de 90 000 lots inspectés à l’importation.

Rapport d'activité DGAL 2016 en bref (PDF, 700.54 Ko)

Et aussi

Voir aussi