« Enseigner doit être avant tout un plaisir »
Crédit ci-après
© DR

Pour Marjolaine Cécillon, jeune professeure de 25 ans de biologie-écologie, l'enseignement est une vraie vocation. Elle vient de réaliser sa troisième rentrée scolaire, cette année au lycée agricole de Contamine sur Arve (Haute-Savoie). Portrait d'une jeune femme passionnée par son métier et très attachée aux valeurs de l'enseignement agricole.

« Toute petite, je voulais déjà être enseignante, sans savoir vraiment dans quel domaine », annonce d'entrée de jeu Marjolaine. A-t-elle attrapé le virus par sa mère, elle-même professeur de français ? Impossible de l'affirmer... Ce qui est sûr, c'est qu'en grandissant, l'envie ne l'a pas quittée. « En fait, je crois que j'ai toujours aimé transmettre et, dans mes cours, je retrouve ce plaisir, que j’ai tant aimé durant mes années de scoutisme, de partager avec des ados », explique Marjolaine.

Le déclic pour la biologie s'est fait au lycée agricole d'Auzeville (Haute-Garonne), où elle découvre l'option biologie-écologie du bac S Écologie-Agronomie-Territoire. « C'est une matière passionnante, concrète, qui porte sur le vivant – aussi bien animal que végétal – et évolue sans cesse. En tant qu'enseignante, on ne s'ennuie jamais : on peut l'aborder de multiples façons avec les élèves ! »

« Le numérique a toute sa place dans mon enseignement »

Pour Marjolaine, le choix de l'enseignement agricole était une évidence : « En tant que lycéenne, j'avais été séduite par l'étendue de l'établissement et la présence d'espaces verts, mais également par ses effectifs réduits, l'ambiance familiale qui y régnait... », raconte-t-elle. « J'avais aussi le souvenir d'être vraiment épaulée par les enseignants, d'avoir avec eux de vrais rapports humains. » Une ligne de conduite que la jeune professeure essaye d'appliquer au quotidien dans son travail.

« J'espère être une enseignante dynamique, à l'écoute, juste, pédagogue... et un peu fun, aussi ! Le plus difficile est sans doute de trouver la bonne attitude en fonction du moment et de garder le contact avec les élèves en difficulté. » Et s'il y a bien un piège dans lequel Marjolaine se refuse de tomber, c'est celui de la routine : « Le numérique est par exemple un très bon outil pour diversifier nos pratiques, se mettre à la portée des élèves. Mais il ne doit pas devenir lassant. »
 

Son parcours

  • Bac S Écologie-Agronomie-Territoire au lycée agricole d'Auzeville (Haute-Garonne)
  • Licence de biologie à l'Université Toulouse III - Paul Sabatier (Haute-Garonne)
  • Préparation concours de l'enseignement SVT à l'Université Toulouse III - Paul Sabatier
  • Master 1 et 2 MEEF en SVT à l'ENSFEA (Haute-Garonne)
  • CAPES Agricole biologie-écologie

Le 28 juin, Marjolaine a participé à la finale nationale du concours « Mon mémoire MEEF en 180 secondes » du ministère de l'Éducation nationale. Regardez la vidéo de sa prestation.

Voir aussi