Magestan numérise la culture de tomates sous serre
Crédit ci-après
© Cheick Saidou / Min.Agri.Fr
Le projet Magestan, lauréat P3A "Productions végétales" et financé à hauteur de 1.3 M d'euros, vise à améliorer les techniques culturales maraîchères dans le respect des principes de l’agro-écologie.

« Notre ambition est d'utiliser toutes les technologies numériques pour développer la culture sous serre », explique Christian Saguez, président de CybeleTech.

Subtil mélange entre les calculs de précision et le big data, les outils permettent de développer des modèles de croissance des plantes selon un ensemble de paramètres propre à la culture des tomates sous serre. «On s'est appuyé sur le développement important des capteurs pour acquérir et centraliser des données de tout type, explique Christian Saguez. Nos modèles permettront d'optimiser l'éclairage, le chauffage, l'irrigation et la consommation d'intrants. La maîtrise des coûts énergétiques est très importante pour la compétitivité des maraîchers », rappelle le président de CybeleTech.

La gestion globale de tous les paramètres de la serre devrait apporter un gain de compétitivité de 30% aux cultivateurs selon les objectifs de l'entreprise.

Le projet est porté par un consortium regroupant deux PME, Cybeletech, porteur du projet spécialisé dans la mise au point de méthodes numériques et statistiques à partir de traitement de données, et Wi6labs, jeune PME créée en 2014 qui développe des réseaux de capteurs intelligents. Deux organismes de recherche sont associés au projet : l'Inra pour les qualités gustatives et le Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes pour la validation des résultats expérimentaux.

« La tomate souffre d'un déficit de production en France et d'un manque certain de qualité, précise Christian Saguez. On constate aussi un besoin de produire sur place pour protéger l'environnement. »

Le projet Magestan a débuté en mai 2016 pour un programme de R&D de 31 mois. Il est financé par le programme d'investissement d'avenir à hauteur de 1,3 million d'euros pour un montant du projet de 2,2 millions d'euros.