Les Français et les repas, une tradition qui perdure
© Pascal.Xicluna/Min.Agri.Fr
À la cantine, au restaurant, à domicile… Quoi de mieux pour apprécier de bons produits que de prendre son temps ? Selon le dernier classement de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), les Français seraient les champions du monde de temps passé à table. Analyse de ce rituel.

Les habitudes alimentaires évoluent, mais dans l'Hexagone, peu de citoyens dérogent au rituel du repas. Les Français consacrent 2 heures par jour en moyenne à boire et à manger, ce qui les hissent à la première place, juste au dessus de l'Italie.

Les mangeurs les plus rapides sont les Américains : ils ne s'accordent en moyenne qu'une heure par jour pour boire et manger.

Le repas, un moment clé de la journée

« La table est le pivot autour duquel tourne la civilisation », aimait à rappeler Talleyrand, diplomate français du XVIIIe siècle. Cette citation est encore valable en 2018 en France, où « manger » ne se réduit pas seulement à s'alimenter : le repas s'inscrit dans un temps de convivialité et de partage. Un atout en matière de santé, puisque manger favoriserait la sensation de satiété et donc à perdre du poids.

Il existe cependant des variations en fonction du sexe, de l'âge et de l'origine sociale. Les jeunes ont ainsi tendance à passer moins de temps à table, privilégiant de nouveaux comportements tels que le « snacking », qui consiste à grignoter, à se déplacer en mangeant. Quant aux femmes, elles consacrent en moyenne moins de temps aux repas que les hommes.

La commensalité ou l'art de la convivialité

La commensalité est le fait de partager son repas avec un ou plusieurs convives. Depuis 2010, le repas gastronomique des Français figure au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, mais c'est en fait la dimension conviviale, le plaisir d'être ensemble qui sont mis en valeur au travers de cette appellation.

Temps fort de la journée, le repas constitue également un élément structurant de la vie en société puisqu'une grande majorité des habitants de l'Hexagone prend ses repas à des heures communes.

Plus d'informations sur l'étude de l'OCDE (en anglais).