Formation des vétérinaires : tout savoir sur la « summer school »

Chaque année, l'École Nationale des Services Vétérinaires (ENSV) organise une « summer school » destinés  aux vétérinaires étrangers.

En juillet 2018, la Summer school a accueilli 19 participants venant de 14 pays  : Argentine, Azerbaidjan, Brésil, Cameroune, Hong Kong, Iran, Kazakhstan, Kosovo, Malaisie, Ouganda, Philippines, Taiwan, Turquie et Ukraine.
Au cours de ces trois semaines de cours en anglais, les participants bénéficient de la formation dispensée aux fonctionnaires français avant leur prise de poste comme vétérinaires officiels : gouvernance et réglementation sanitaires, des visites de fermes avec des exercices pratiques, mais aussi des déplacements dans les organisations internationales.
En 4 ans, ce sont ainsi près de 100 vétérinaires officiels représentant plus de 32 pays qui ont participé à cette summer school. Elle bénéficie d'un soutien significatif du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation qui offre des bourses pour 2/3 des participants, les autres étant pris en charge par leur pays ou des projets de développement.

L'offre de formation continue en anglais s'étoffe

 En septembre 2018, l'ENSV lance une formation à distance en français et anglais (E-Cerise), sur un an, pour les vétérinaires officiels de pays partenaires de la France. Et par ailleurs, elle propose deux nouveaux modules en anglais :

  • « Méthodes de lutte contre l'antibiorésistance » en mars 2018, 20 participants ;
  • « L'inspection des produits de la pêche et d'eau douce » début 2019.

L’ENSV est depuis 1973 l’école d’application du corps des Inspecteurs de Santé Publique Vétérinaire  (ISPV). Reconnue comme centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour la formation des vétérinaires officiels en mai 2004, elle est ainsi un centre de référence mondial en matière de formation des cadres opérationnels des services vétérinaires. Ecole interne de VetAgro Sup, l’ENSV est un acteur de la santé globale intégrant des démarches transdisciplinaires pour prendre en compte de nombreux facteurs liés aux animaux, aux végétaux, à l’environnement et aux pratiques sociales.

 

Le système sanitaire français reconnu sur la scène internationale pour sa qualité

L'alimentation et l'agriculture européenne répondent aux normes de sécurité sanitaire les plus élevées au monde. Le dispositif de sécurité alimentaire français est basé une chaîne de commandement unique. Les directions départementales chargées de la protection des populations et les directions régionales de l'agriculture de l'agroalimentaire et de la forêt, répercutent les directives de l'administration centrale de manière unifiée, partout sur le territoire. Cette chaîne de commandement unique est un facteur de grande efficacité.

La sécurité sanitaire en France, c'est :

  • 14 000 vétérinaires habilités par l'État ;
  • 30 000 contrôles dans les élevages ;
  • 80 000 inspections d'établissements de la chaîne alimentaire.

Au total, l'État investit 350 millions d'euros par an dans l'inspection sanitaire. Il en va de la qualité sanitaire des aliments et donc de la sécurité des consommateurs.

Voir aussi