En savoir plus sur la sous-espèce de Xylella fastidiosa détectée en Corse
© Anses

La bactérie Xylella fastidiosa détectée en Corse dans la région de Propriano appartient à la sous-espèce multiplex, totalement différente de la sous-espèce pauca identifiée en Italie. D'où vient cette sous-espèce ? est-elle dangereuse pour l'olivier ? la vigne ? les agrumes ? Qu'est-ce que cette information change dans la gestion de la maladie ?

D’où vient la sous-espèce de Xylella fastidiosa détectée en Corse ? Est-elle présente ailleurs en Europe ?

Quatre sous-espèces de Xylella fastidiosa sont bien connues : fastidiosa, pauca, multiplex et sandyi. La sous-espèce multiplex a été identifiée sur le continent américain : Etats-Unis, Canada et Brésil, et aujourd’hui en Corse.

Dans l’Union européenne, seule la souche Codiro qui peut être rattachée à la sous-espèce pauca, avait été identifiée dans les Pouilles (Italie).

 

Cette sous-espèce multiplex est-elle plus ou moins dangereuse que celle connue en Italie ?

La dangerosité est à considérer sous-espèce par sous-espèce. La connaissance de la sous-espèce permet de mettre en place des mesures de lutte spécifiques en fonction des espèces végétales hôtes. Cela permet d’éviter la destruction de toute la végétation.

 

Cette sous-espèce multiplex est-elle dangereuse pour l’olivier ? la vigne ? les agrumes ? les espèces végétales du genre Prunus?

Nos réponses se fondent sur la liste des végétaux qui ont été détectés dans le monde comme hôte de la sous-espèce multiplex d'après l'avis de l'EFSA.

  • Espèces végétales du genre Prunus : oui
  • Olivier : oui, même si aux Etats-Unis les symptômes exprimés n’ont pas conduit à des dépérissements massifs d’oliviers.
  • Vigne : non.
  • Agrumes : non

Pour mémoire, seuls les végétaux destinés à la plantation et les insectes vecteurs sont susceptibles de transmettre la bactérie. Ainsi, les végétaux coupés, les fruits et légumes ne sont pas considérés comme à risque pour la transmission de cette maladie.

 

Les clémentines sont-elles sensibles à la sous-espèce multiplex ?

Les agrumes et donc les clémentiniers ne sont pas réputés être attaqués par la sous-espèce multiplex.

 

Quel est le délai d'apparition des symptômes pour cette sous-espèce multiplex ?

Le délai d'apparition des symptômes varie selon les espèces végétales hôtes. Il peut varier de quelques semaines à quelques années.

Certaines espèces peuvent néanmoins ne pas présenter de symptômes, alors qu'une contamination peut entraîner pour d'autres espèces la mort de la plante en quelques mois.

Comme pour les autres sous-espèces de Xylella fastidiosa, la symptomatologie observée sur certaines espèces ou variétés de végétaux présents en zone méditerranéenne est peu ou pas connue.

 

Y a-t-il des espèces non touchées par la souche Codiro qui seraient sensibles à la sous-espèce multiplex ?

Oui, la liste des végétaux hôtes de la sous-espèce multiplex et la liste des végétaux hôtes de la souche italienne Codiro sont très différentes.

 

Qu’est-ce que cette information change dans la gestion de la maladie ?

Lors de la confirmation de la détection de la présence de la bactérie Xylella sur polygales à Propriano, les mesures d’éradication ont été prises immédiatement. La sous-espèce de la bactérie n’était alors pas connue. Aussi ont été mises en place des mesures sur l’ensemble des végétaux potentiellement hôtes.

La sous-espèce étant désormais connue, le champ des végétaux à éradiquer peut-être resserré sur :

1 - les végétaux hôtes de la sous-espèce concernée,

2 - les végétaux présentant des symptômes,

3 - les végétaux soupçonnés d’être infectés (par exemple à la suite d’une enquête épidémiologique).

A noter que les mesures de surveillance renforcée et de restriction de circulation (= prévention / détection précoce) doivent toujours s'appliquer à la liste des 200 espèces spécifiées, conformément aux dispositions de l'arrêté préfectoral du 10 août 2015.

 

Liste des végétaux hôtes figurant en annexe 2 de l'arrêté pris par le préfet de Corse le 10 août 2015

 

Acer rubrum
Acer platanoïdes
Acer griseum.

Erable rouge,
Erable plane,
Erable à écorce de papier

Alnus rombifolia

Aulne blanc

Ambrosia trifida

Grande herbe à poux

Ampelopsis cordata

Vigne vierge

Carya illinoinensis

Pacanier (noix de pécan)

Celtis occidentalis

Micocoulier de Virginie

Cercis canadensis

Gainier du Canada

Cercis occidentalis

Cercis occidentalis

Chionanthus sp.

Arbre de neige, Arbre à franges

Citrus sp.

Citrus

Encelia farinosa

Encelia

Fraxinus americana

Frêne blanc, Frêne d’Amérique, Franc frêne

Fraxinus pennsylvanica

Frêne rouge, Frêne rouge de Pennsylvanie

Ginkgo biloba

Gingko

Gleditsia triacanthos

Févier d’Amérique

Helianthus annuus

Tournesol

Iva annua

Iva

Koelreuteria bipinnata

Savonnier

Lagerstroemia indica

Lilas des Indes

Liquidambar styraciflua

Liquidambar

Liriodendron tulipifera

Tulipier de Virginie

Lupinus villosus

Lupin chevelu

Olea europea

Olivier

Platanus occidentalis

Platanes

Polygala myrtifolia L.

Polygale à feuilles de myrte

Prunus persica,
Prunus dulcis, Prunus amygdalus

Prunus domestica,
Prunus cerasifera

Pêcher
Amandier
Prunier
Prunier cerise

Quercus coccinea
Quercus falcata
Quercus laevis
Quercus macrocarpa
Quercus nigra
Quercus palustris
Quercus phellos
Quercus robur
Quercus rubra
Quercus schumardii

Chêne beige
Chêne rouge du sud
Chêne turc
Chêne à gros fruits
Chêne noir
Chêne des marais
Chêne à feuilles de saule
Chêne pédonculé
Chêne rouge d'Amérique
Chêne de Schumard

Ratibida columnaris

Ratibida en colonne, Sombrero / Chapeau mexicain

Rubus sp.

Ronces

Salvia mellifera

Sauge mellifère

Sapindus saponaria

Savonnier

Solidago virgaurea

Verge d’or, Solidage verge d’or

Spartium junceum

Genêt d'Espagne

Ulmus americana

Orme d’Amérique

Ulmus crassifolia

Orme du Texas

Vaccinium sp.

Myrtille, Airelle

Vinca sp.

Pervenches

Xanthium strumarium

Lampourde d’Orient, Lampourde à gros fruit

 

 Que sont les polygales, d'où viennent ils ?

Le polygale à feuilles de myrte (Polygala myrtifolia) est une espèce ornementale originaire d'Afrique du Sud particulièrement bien adaptée au climat méditerranéen. Il est produit par bouturage puis élevage en Europe.

 

Les exportations de clémentines corses à partir de la mi-octobre vers le continent constituent-elles un risque d’introduction de la contamination sur le continent ?

Selon l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Anses, les fruits coupés et le feuillage ornemental ne constituent pas une voie de transport de la bactérie. En outre, les agrumes ne sont pas réputés être attaqués par la sous-espèce multiplex.

Les exportations de clémentines corses ne présentent donc aucun risque.

Voir aussi

  • Info +
    18/07/2016
    Production & filières

    Algérie

  • Info +
    15/07/2016
    Production & filières

    Kazakhstan

  • Info +
    14/07/2016
    Production & filières

    Italie