Comment bien gérer les sols agricoles ?
13/05/2015
Stéphane LE FOLL, Ministre de l’ agriculture , de l’agroalimentaire et de la forêt, Porte-parole du Gouvernement a participé aux débats du Conseil Economique Social et Environnemental ( CESE ) sur la bonne gestion des sols en agriculture. Dans un projet d’avis présenté ce mercredi 13 mai, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) formule des préconisations concrètes pour faire face aux multiples menaces qui pèsent sur les sols agricoles.

Terre nourricière, réservoir de biodiversité, régulateur des flux de gaz à effet de serre... le sol agricole est au cœur d’enjeux primordiaux pour notre société. Pour autant, il demeure mal connu et sans véritable protection juridique. Dans un projet d’avis présenté ce mercredi 13 mai, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) formule des préconisations concrètes pour faire face aux multiples menaces qui pèsent sur les sols agricoles.

« Face aux défis alimentaires, environnementaux et climatiques, protéger la vocation nourricière des sols agricoles métropolitains et ultramarins et maintenir leur qualité agronomique et les externalités positives qu’ils assurent, constituent des enjeux primordiaux pour notre société », soulignent les rapporteures du projet d’avis, Agnès Courtoux et Cécile Claveirole.

Parmi les pistes évoquées dans ce projet d’avis, le CESE propose ainsi de :

- renforcer la connaissance de nos sols en mutualisant les connaissances grâce à des bases de données qui pourront être alimentées par des agriculteurs, mais aussi des chercheurs, des associations et des citoyens ;

- protéger le foncier agricole en encourageant le recours aux plans locaux d’urbanisme (PLU) intercommunaux et le respect des schémas de cohérence territoriale (SCOT). La rénovation de l’habitat ancien et la reconversion des bâtiments industriels et commerciaux existants doivent être privilégiées ;

Un sol agricole bien structuré ©Xavier Remongin/Min.agri.fr
©Xavier Remongin/Min.agri.fr

- préserver et améliorer l’état des sols en développant les pratiques agro-écologiques. Le CESE soutient ainsi le programme de recherche international «  4 pour 1000 » annoncé récemment par Stéphane Le Foll, qui vise à augmenter la teneur en matière organique des sols. D’une manière générale, le CESE appelle « au renforcement, dans les politiques publiques, des mesures incitatives en faveur des productions et des pratiques agricoles favorables à la bonne qualité physique et chimique des sols et en termes de fertilité biologique, dont les performances agronomiques et économiques sont démontrées là où elles sont mises en œuvre ».

- sensibiliser aux enjeux liés aux sols en renforçant par exemple la place de l’agronomie dans les formations agricoles.
Enfin, le CESE souhaite que « les problématiques relatives aux sols et à leurs enjeux soient plus largement intégrées à la Conférence internationale sur le climat (COP 21) de décembre 2015 ».


Info + : Le CESE, c’est quoi ?
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) est une assemblée consultative composée de représentants des principales activités économiques, sociales et environnementales (patronat, syndicats, associations). Il a pour mission, entre autres, de conseiller le Gouvernement et le Parlement, et de contribuer à l’évaluation des politiques publiques. Ses 233 membres siègent au Palais d’Iéna, à Paris.
- En savoir plus : voir l’animation sur le site du CESE