4 pour 1000 : et si la solution climat passait par les sols ?
À l’occasion de la conférence scientifique internationale sur l’agriculture face au changement climatique, Stéphane Le Foll a lancé le 17 mars 2015 à Montpellier, le projet de recherche international 4 pour 1000.

Crédit ci-après
©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr

Ce concept de 4 pour 1000 a été élaboré par des chercheurs de l’Inra à la fin du XXe siècle pour restaurer la fertilité de sols et piéger des gaz à effet de serre. Leur calcul est simple : les sols constituent au niveau mondial le premier stock de carbone biologique – si l’on exclut les océans et les roches sédimentaires. En captant du CO2 de l’air via la photosynthèse, une plante absorbe du carbone. Si cette plante se décompose dans le sol, elle lui restitue son carbone sous forme de matière organique. Le sol s’enrichit alors de carbone, et devient plus fertile, plus résilient.

Si l’on augmentait ainsi la matière organique des sols agricoles chaque année de quatre grammes pour mille grammes de CO2, on serait capable de compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre produits par la planète en un an. Les scientifiques s’accordent pour dire que le potentiel de stockage est énorme. Il faut donc sans plus attendre permettre «au vivant» de jouer un rôle d’amortisseur climatique en stockant du carbone. L’agriculture et la sylviculture constitueraient un élément majeur de la solution climatique mondiale. Cette approche, dans la continuité du projet agroécologique, nécessite un changement des modes de production et de notre rapport à la nature. Pour augmenter le stockage de carbone des sols agricoles, les chercheurs préconisent notamment l’amélioration des techniques de fertilisation, la couverture permanente des sols, l’agroforesterie… Recenser et transmettre tous ces moyens pour augmenter la capacité de piéger le carbone par les sols nécessite la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés.

Ce programme associera des chercheurs du monde entier : l’Inra, le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique), l’université de Colombia (États-Unis), l'université de Wageningen (Pays-Bas) et d'autres instituts de recherche au Danemark et en Afrique du Sud. Productions des champs et des bois seront alors considérées comme de véritables pompes à carbone efficaces, sobres en énergie et créatrices de valeur, d’emplois et… d’alimentation ! Il y aura d’ici 2050 plus de 9 milliards d’individus sur la planète. Pour nourrir chacun d’entre eux, il nous faudra produire plus et mieux et accroître encore de 60% la production alimentaire comme le souligne la FAO. Compte tenu de nos modes de vie, de consommation, et de production, pouvons-nous encore penser qu’un tel défi soit à notre portée? Ou faut-il se résigner à une course effrénée au gaspillage des ressources naturelles que l’on ne peut plus considérer comme inépuisables?

Plus nous protégerons la planète, moins nous exposerons les plus vulnérables à la famine et à la pauvreté. L’objectif de réduire d’au moins 40% d’ici à 2030 par rapport à 1990 les gaz à effet de serre ne signifie rien, si nous ne faisons pas l’effort de préserver dès maintenant la terre, l’eau et les organismes vivants qu’elles abritent. L’enjeu de la 21e conférence sur les changements climatiques ou COP21 de Paris au mois de novembre 2015, nous invite à faire de ce programme de recherche, un moteur de changement pour l’agriculture à l’échelle planétaire.

Voir aussi