Projet de loi agriculture et alimentation : le discours de Stéphane Travert à l'Assemblée nationale
22/05/2018
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a prononcé, le 22 mai 2018, le discours d'ouverture des débats sur le « projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ». Extraits.

« Pensons aux agriculteurs »

« L’agriculture française doit pouvoir retrouver son esprit de conquête. Les agriculteurs disposent de savoir-faire et d’une force de travail indispensables à la vie économique de la France et à l’aménagement de nos territoires. Ils sont les gardiens des paysages et de la biodiversité, au cœur de notre identité et au cœur de nos défis alimentaires, économiques et environnementaux. Comment faire réussir la France sans l’agriculture française ?

C’est parce que nous voulons une agriculture prospère, compétitive et durable que notre projet vise à soutenir les agriculteurs afin qu’ils puissent vivre de leur travail, tout simplement.

À travers ce projet de loi, nous voulons donc défendre avec vous une agriculture compétitive, innovante, durable et riche de la diversité de ses modèles agricoles. Il ne s’agit pas d’opposer ces modèles mais au contraire qu’ils soient complémentaires et créent les ressources suffisantes pour développer nos économies locales, pour ensuite gagner sur les marchés nationaux et internationaux.

Parce que nous souhaitons dans notre projet de transformation de la France que le travail paie, nous devons nous engager afin que les agriculteurs perçoivent le juste prix de leur labeur ».

[...]

« Pensons à nos concitoyens »

« Ils sont tous sensibles à au moins une des facettes du chantier sociétal des États généraux de l’alimentation :

  • attentifs à ce que mangent leurs enfants et eux-mêmes, à la maison et à l’extérieur ;
  • préoccupés aussi de l’alimentation des personnes les moins favorisées, comme en témoigne la générosité de leurs dons aux associations caritatives ;
  • soucieux du bien-être animal ;
  • concernés et vigilants sur les enjeux environnementaux.

Les deux rapporteurs ont conduit un dense travail d’audition. Ils ont pleinement pris la mesure des enjeux et des transformations à conduire et ils ont formulé des propositions pertinentes sur des sujets souvent complexes et parfois clivants. Les enrichissements du texte par rapport à la version initiale du Gouvernement leur doivent beaucoup, et ce n’est pas fini !

Grâce à tout ce travail en amont, les États généraux de l'alimentation, l’élaboration du texte initial par le Gouvernement, appuyé par des services dont je salue le très grand professionnalisme, et le passage dans les deux commissions, le texte qui arrive en discussion devant vous ne consiste pas en de simples ajustements techniques. Il appelle à un changement de paradigme. C’est, vous le savez, attendu à la fois par le monde agricole et par les consommateurs ».

[...]

« Le seuil de revente à perte fixé à 10% »

« Je souhaite rassurer les consommateurs, parfois inquiets des propos alarmistes d’un grand distributeur. Oui, c’est vrai : le relèvement du seuil de revente à perte et la fin des promotions excessives va induire pour la distribution, dans un premier temps, une hausse de marge et de chiffre d’affaires. Mais non, il n’y a aucune fatalité à ce que ces hausses se traduisent par une augmentation globale des prix pour le consommateur.

Chaque distributeur pourra revoir ses marges à la baisse sur d’autres produits, tout en augmentant le prix payé à ses fournisseurs, notamment les producteurs et les PME de l’agroalimentaire.

Ce rééquilibrage des marges se répartira sur un nombre si important de produits qu’au final, le distributeur pourra à la fois contribuer à la meilleure rémunération des agriculteurs et préserver le pouvoir d’achat des consommateurs ».

[...]

Retrouvez l'intégralité du discours de Stéphane Travert sur le site de l'Assemblée nationale (à partir de la minute 1'43, ou en cliquant sur Stéphane Travert à droite de l'écran).