Stabilisation des prix des céréales : avantages et coûts du stockage public
04/03/2014
Étude réalisée par CIRAD - F.Gérard, M.G. Piketty, J.M. Boussard - Financement : Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF)
La question du stockage public, comme instrument de régulation permettant de limiter les coûts de l’instabilité des marchés agricoles, a connu une vive résurgence avec la flambée des prix de 2007-2008, puis à l’occasion du G20 agricole.

Cette étude propose une revue de la littérature sur le sujet et développe deux types de modélisation, d’abord par la mobilisation d’un modèle d’équilibre général calculable (ID3), puis en utilisant un micro-modèle simplifié et stylisé. Selon les théories économiques, les fluctuations des marchés peuvent en effet être liées uniquement à des causes exogènes aléatoires, ou bien à une imperfection fondamentale des anticipations des acteurs. Selon le cadre théorique retenu, le rôle et les effets du stockage public ou privé diffèrent. Les simulations développées, dans le cas de l’Afrique subsaharienne, permettent d’étudier dans quelle mesure et sous quelles contraintes le stockage public peut permettre la stabilisation des marchés, pour quels bénéfices, et à quels coûts. (juin 2013)

Stabilisation des prix des céréales : avantages et coûts du stockage public (PDF, 2.83 Mo)

Voir aussi