Les trophées de l'agro-écologie
09/03/2016
Gaec Ursule
©Xavier.Remongin/Min.Agri.Fr
Le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt avec le soutien du Crédit agricole, lance la deuxième édition des "Trophées de l’agro-écologie".

L’objectif est de récompenser, dans la dynamique du projet agro-écologique pour la France, les démarches innovantes, exemplaires d’une agriculture performante économiquement, écologiquement et socialement.

Les dossiers de candidature doivent être renvoyés à la DRAAF au plus tard le 15 mars 2016. Le concours se déroule en deux phases de sélection, avec un jury régional puis un jury national.
  • Dossier de candidature - Grand prix de la démarche collective

au format writer - au format word

  • Dossier de candidature - Prix de l'innovation (exploitant)

au format writer - au format word

  • Dossier détaillé destiné aux élèves de l'enseignement agricole

au format writer - au format word

Découvrir les lauréats 2015

Lauréat du « Grand prix de la démarche collective » : Trophées de l'agro-écologie : le prix collectif décerné au GIEE Cendrecor du Limousin (Haute-Vienne, 87) qui a amélioré la qualité agronomique des sols agricoles de ses 80 adhérents en utilisant des déchets cendreux d'une usine papetière pour l’épandage. L'association a également augmenté l'autonomie alimentaire de ses élevages et a travaillé avec les acteurs de son territoire en cultivant les réserves foncières communales pour remettre gracieusement les productions à la Banque alimentaire.

et

Lauréat du « Prix de l'innovation » : Gaec de la pie : l’innovation locale et collaborative  des Pays-de-la-Loire (Sarthe, 72), récompensé pour son travail en agriculture biologique sur la complémentarité entre ses élevages composés à la fois de vaches laitières et de poulets de Loué et les cultures de l’exploitation, sans oublier une complémentarité avec des activités « énergétiques » (panneaux photovoltaïques, bois énergie).

Le jury a aussi souhaité saluer la démarche de trois autres candidats en leur attribuant une mention :

Dans la catégorie du « Grand prix de la démarche collective » :

  • à l'Association « Valcaco » de Martinique qui souhaite créer une filière d'excellence de cacao d'origine Martinique. Actuellement délaissées car difficilement cultivables, d'anciennes cacaoyères sont en cours de réhabilitation selon les principes de l'agro-écologie, avec un objectif « zéro produit phytosanitaire » et un apport d'eau faible ou inexistant ;

Association Valcaco de La Martinique

Si la culture du cacao est traditionnelle en Martinique, le produit commercialisé, le bâton cacao pour aromatiser les desserts et certaines boissons, concerne essentiellement les marchés locaux. Regroupant notamment des producteurs et les deux transformateurs principaux de l'île, l’association Valcaco souhaite créer une filière d'excellence de cacao d'origine Martinique.

Actuellement délaissées car difficilement cultivables, d'anciennes cacaoyères sont en cours de réhabilitation. Cela favorise le maintien de la population locale, tout en fournissant un complément de revenu.

De plus, la relance de la production respecte les principes de l'agro-écologie, avec un objectif « zéro produit phytosanitaire », un apport d'eau faible ou inexistant, ainsi que le développement de l'agroforesterie. En effet, les cacaoyers seront mis en culture en association symbiotique avec d'autres arbres fruitiers et essences forestières. Enfin, les agriculteurs réaliseront eux-mêmes les opérations post-récolte dans un site mutualisé, ces opérations étant cruciales pour la qualité du produit final.

 

  • au GRAPEA-CIVAM 85 des Pays-de-la-Loire (Groupe de Recherche pour une Agriculture Paysanne Économe et Autonome – Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural de Vendée) : un groupe d'agriculteurs du bocage vendéen, engagés depuis plusieurs années dans une démarche d'agriculture à bas intrants (engrais de synthèse, produits phytosanitaires ...), progressent encore dans cette voie en augmentant l'autonomie alimentaire en protéines de leurs élevages ;

GRAPEA-CIVAM 85 des Pays-de-la-Loire

(Groupe de Recherche pour une Agriculture Paysanne Économe et Autonome – Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural de Vendée) : un groupement d'agriculteurs du bocage vendéen, engagés depuis plusieurs années dans une démarche d'agriculture à bas intrants (engrais de synthèse, produits phytosanitaires ...), souhaite encore progresser dans cette voie en augmentant l'autonomie alimentaire en protéines de leurs élevages.

Ils veulent remplacer les compléments protéiques qu'ils achètent (tourteaux de soja…) pour l'alimentation des animaux par des protéines produites et transformées sur l'exploitation, tout en maintenant le niveau de production. Pour cela, des essais sont mis en place au sein des exploitations afin de tester la culture de nouvelles productions riches en protéines (pois, féverole, lupin) en association avec des céréales, et avec des pratiques culturales nécessitant peu d'intrants.

Du côté des élevages, des essais sont aussi menés sur l'incorporation de ces nouvelles cultures dans les rations. Les premiers résultats sont très encourageants, avec le maintien ou l’augmentation de la production (jusqu'à 2 à 3 litres de lait produits en plus par jour et par vache).

 

  • à la « Ferme des Saveurs » du Languedoc-Roussillon : la « Ferme des Saveurs » est une exploitation familiale biologique et biodynamique de l'Hérault. La complémentarité y est forte entre les animaux, les cultures, les prairies et les landes. Le jury national des Trophées salue l'inventivité des éleveurs de la « Ferme des Saveurs », inventivité basée sur l'utilisation des ressources de la nature, sans les épuiser, à la place de l'achat d'intrants de synthèse. C'est le propre de l'agro-écologie.

« Ferme des Saveurs » du Languedoc-Roussillon

la « Ferme des Saveurs » est une exploitation familiale biologique et biodynamique de l'Hérault. La complémentarité y est forte entre les animaux, les cultures, les prairies et les landes. Les chèvres et les brebis laitières sont entièrement nourries à l'année à partir des productions de la ferme. En effet, l'éleveur a mis au point une démarche peu consommatrice d'intrants et d'espace afin d'assurer une production suffisante de fourrages pour nourrir convenablement les animaux en lactation en été, quand le climat est très sec.

En complément, l'exploitant et sa famille ont progressivement adapté par croisement les animaux au pâturage en milieu sec tout en augmentant leur rusticité.
Ils ont fait de même avec les semences, les sélectionnant peu à peu de façon à les adapter au milieu méditerranéen.

Les arbres, les haies et les bosquets jouent un rôle important en servant d'abris aux auxiliaires, insectes et petits animaux prédateurs des ravageurs des cultures. Avec des pratiques culturales adaptées (rotation avec prairies, semis de mélanges de céréales et de légumineuses, désherbage mécanique…) et l'installation de nichoirs pour les oiseaux et de refuges pour les insectes, la consommation de produits phytosanitaires est faible.
A cette totale autonomie alimentaire et cette basse consommation d'intrants s'ajoute l'autonomie en électricité avec la production d'énergie renouvelable thermique et photovoltaïque.
Enfin, les exploitants transforment à la ferme le blé tendre en farine et le lait en fromages et en yaourts. Ils pratiquent aussi la vente directe.

Les lauréats récompensés en 2014

  •  le prix de la catégorie "exploitant(s)", qui valorise un agriculteur ou un groupe d’agriculteurs ; doté de 8000 euros par le Crédit Agricole est attribué au Gaec Ursule, situé en Vendée (Pays-de-la-Loire)

    Gaec Ursule : reproduire la nature à l'échelle de l'exploitation

    23/10/2014
    En Vendée, dans une région où 5% des surfaces agricoles utiles sont certifiées bio*, le Gaec Ursule de Marie, Jacques, Sébastien et Sylvain demeure exemplaire. Il remporte le prix "exploitant" des trophées de l’agriculture durable 2014. Petit tour du propriétaire.
  •  le prix spécial de la démarche collective, prix doté de 4 000 € par le Crédit Agricole qui récompense, au niveau national, un projet dans lequel l’action collective est au cœur de la démarche est attribué au Gaec Haranea, au pays basque (Aquitaine).

    Ensemble pour préserver le patrimoine agricole basque

    23/10/2014
    A Itxassou (Pyrénées atlantiques) le GAEC Haranea produit du porc, des piments d’Espelette et des volailles. Son credo ? Préserver l’agriculture locale et le patrimoine gastronomique basque. Il remporte le prix de la "démarche collective" des trophées de l’agriculture durable 2014
  •  le prix de la catégorie "structure", qui distingue l’action d’une structure (association, coopérative, chambre d’agriculture...), dont la vocation est d’accompagner les agriculteurs n’a exceptionnellement pas été attribué cette année.L’évolution des trophées et leur changement d’identité justifie la position du jury qui s’en explique ainsi : "aucun des dossiers de candidature des lauréats régionaux dans cette catégorie ne répond aux critères d’attribution des TAD tels que définis dans leurs statuts". Cependant, soucieux de préserver la rigueur et la crédibilité de ce prix et d’en faire évoluer les attentes, le jury a accordé une mention spéciale à la Chambre d’Agriculture de Seine-Maritime de Haute-Normandie pour son engagement dans les mesures prises contre l’érosion des sols, votée à l’unanimité.