Comment favoriser la transition agro-écologique dans les territoires et dans les filières ?
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Un séminaire consacré aux facteurs permettant la transition agro-écologique en France s'est tenu le 19 juin au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Les conclusions de deux études d’évaluation portant respectivement sur les territoires, à travers les politiques qui la soutiennent, et les filières ont été rendues. Aperçu des échanges.

L'agro-écologie est un ensemble de pratiques agricoles qui concilient durablement les enjeux économiques et environnementaux en valorisant les écosystèmes. Conseil, recherche, formation… un ensemble d’acteurs sont impliqués dans cette transition. L'agro-écologie est ainsi insérée dans différents territoires et filières. Or, toutes ne sont pas au même niveau dans leur transition.

Cette journée d'échanges a été l'occasion de présenter les conclusions de deux études : l'une portant sur les territoires, l'autre sur les filières.

Opportunités et contraintes

Les mesures portées par les régions, nouvelles autorités de gestion des aides du 2e pilier de la PAC, encouragent plus ou moins fortement la transition agro-écologique (en terme de mesures prioritaires, de critères de sélection, de majoration d’aides...). L’étude a essayé de montrer les déterminants à l’œuvre dans cette différence d’implication.
Quels facteurs expliquent ces disparités ? Le contexte topographique, plus ou moins propice à l'agriculture dans certaines régions, constitue l'un des critères. Un climat méridional où il ne pleut pas trop, où il y a beaucoup de soleil comme en région Languedoc-Roussillon, se prête davantage à l'agro-écologie. En effet, il y est plus facile de diminuer l'utilisation de produits phytosanitaires dans ces conditions.

Quant aux filières, certaines comme les céréales sont dans une logique de masse, avec de nombreux  échelons dans la transformation et d'exportation. Il apparaît donc moins évident de valoriser une démarche vertueuse sur le marché mondial ou quand le produit agricole est très éloigné du consommateur.

Quelles pistes de réflexion pour renforcer la transition agro-écologique ?

Deux tables rondes ont permis de réfléchir aux différents leviers qui permettraient d'amplifier la transition agro-écologique :

  • Définir clairement ce qu'est l'agro-écologie : les opérateurs expriment le besoin d’une meilleure connaissance (se baser sur des exemples locaux d’exploitations en agro-écologie) et d’une meilleure transparence pour le consommateur (lisibilité des démarches et recherche d’une meilleure cohérence) ;
  • Combattre les idées reçues : l'agro-écologie est compétitive ! Productivité et agro-écologie ne sont pas opposées. En polyculture élevage, d'excellents résultats peuvent être obtenus ;
  • Renforcer les réseaux de formation dans les territoires pour partager autour des différentes plus-values de l'agro-écologie, sensibiliser de nouveaux publics tout en renforçant la transition des acteurs déjà engagés et engager les consommateurs ;
  • Proposer des aides financières sur le long terme et les stabiliser : la transition agro-écologique représente une prise de risque pour les agriculteurs qui décident de s'engager. Ce soutien financier permet de les rassurer et de les inciter à s'engager en faveur de cette transition.

À consulter