Bombyx disparate, montée des attaques en 2018

Le bombyx disparate est l’un des plus importants défoliateurs des chênaies de l’hémisphère Nord. Comme beaucoup de lépidoptères, il suit un cycle comprenant une succession de phase endémique et épidémique. Après plusieurs années de présence, les populations sont actuellement en train de monter et dépassent désormais le seuil épidémique avec des surfaces plus ou moins importantes de peuplements forestiers totalement défoliées.

Depuis le début de l’année, les chenilles de bombyx ont été observées en de nombreuses régions, en particulier dans l’Ardèche et la Corse. L’insecte avait déjà été repéré l’année dernière mais peu de dommages avaient été signalés. Les pullulations durent en général 2 ans. Cette année, les dommages attendus sont plus importants. La chenille est très vorace et doit s’alimenter de façon continue pour avoir un développement normal. Cette espèce est très polyphage, et même si elle est observée préférentiellement sur chêne (pédonculé, sessile, vert, liège), elle est capable de manger des feuilles d’une grande variété d’espèces feuillues, voire en cas de nécessité, des résineux. En Corse, les défoliations concernent une surface estimée à plus de 25 000 ha dans la partie du sud de la Corse s’étendant de Porto Vecchio à Monacia d’Aullène et quelques forêts au nord de Sartène.

L’impact forestier peut être considéré comme faible par rapport au risque de dépérissement. Normalement, sauf accident climatique particulier, tous les végétaux impactés par ces attaques refont une deuxième feuillaison. Cela entraîne surtout un impact sur la croissance mais peut aussi parfois affaiblir certains sujets alors soumis à des attaques d’autres parasites.

En revanche, les perturbations engendrées en période estivale pourront donner lieu à de fortes nuisances pour les activités humaines en zones touristiques. Ces défoliations provoquent des inquiétudes de la part des résidents locaux puisque le paysage est fortement impacté et les lieux de résidence sont envahis. En effet, le bombyx disparate, au stade de chenille, circule beaucoup soit pour chercher de la nourriture, soit pour chercher des sites pour faire sa chrysalide. La chenille n’est pas urticante malgré son aspect velue.

Après la phase de culmination, on observe une chute brutale de population liée à la mise en place d’un cortège parasitaire efficace, d’épizootie d’origine bactérienne ou virale ou plus simplement par un manque de disponibilité en nutriments (feuilles) pour achever le cycle complet de l’insecte. La pullulation actuelle va donc naturellement s’effondrer.

À télécharger

Bombyx disparate, montée des attaques en 2018, zoom sur la Corse (PDF, 11.56 Mo)

Voir aussi