Bioéconomie : se former aux métiers de la chimie du végétal
Crédit ci-après
© DR

Depuis 2015, l'université de Picardie Jules Verne (UPJV), en partenariat avec le lycée agricole d'Airion (Oise), propose une licence professionnelle « Bioraffinerie de la plante aux produits ». Son objectif : former des techniciens spécialisés dans la transformation et la valorisation de la biomasse végétale. Cette formation, unique en France, s'inscrit pleinement dans le cadre des enjeux actuels de la bioéconomie, une filière en pleine mutation, résolument tournée vers l'avenir et créatrice d'emplois.

« Le terme de "bioraffinerie" est trop souvent assimilé à raffinerie, pétrole, carburant », explique Denis Postel, porteur du projet et professeur à l'UPJV. « La bioraffinerie appliquée au végétal consiste à valoriser la totalité de la plante, et plus précisément les fractions non utilisées pour l’alimentation humaine. Elles vont être valorisées, notamment pour se substituer à toutes les molécules qui proviennent de ressources fossiles, comme le pétrole. » Née d'un partenariat entre plusieurs établissements (UPJV, université de technologie de Compiègne (UTC) et établissement agro-environnemental d'Airion), cette licence pro s'adresse prioritairement à des étudiants en BTS, BTSA, DUT ou licence générale orientés vers les carrières de la biochimie, de l'agronomie et des biotechnologies.

En un an, par la voie de l'apprentissage de la formation continue ou par la formation initiale, les étudiants acquièrent les compétences professionnelles et techniques nécessaires aux métiers de l'interface entre agriculture, biotechnologie et industrie au sein d'une filière novatrice et en pleine évolution. Les secteurs impliqués sont très variés (cosmétiques, encres, peintures, résines, adhésifs, plasturgies, matériaux et plastiques biosourcés, intermédiaires chimiques, bio-molécules, méthanisation…) et répondent précisément à plusieurs enjeux de la bioéconomie :

  • utiliser durablement des ressources biologiques renouvelables à des fins industrielles,
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre,
  • développer des procédés de production respectueux de l'environnement,
  • diversifier les sources du revenu agricole.

Labellisée par le pôle IAR (Industries et Agro-Ressources), pôle de compétitivité à vocation mondiale qui regroupe 210 adhérents (industriels, académiques, laboratoires de recherche…), cette formation dispensée au lycée agricole d'Airion débouche sur des postes à hautes valeurs ajoutées, en appui aux cadres (R&D, services, production, analytique...). « Les industries soulignent actuellement une carence au niveau du bac+2/bac+3 en terme de techniciens supérieurs correctement formés et directement opérationnels avec une compétence bidisciplinaire : chimie et biologie », précise Denis Postel. Un secteur qui devrait continuer à recruter dans les années à venir, tant la « chimie verte » a le vent en poupe et voit ses applications et débouchés se multiplier.

Préparer l'année scolaire 2017-2018 :

  • Clôture des inscriptions : fin juillet 2017
  • Dossier de candidature à envoyer à : departement.chimie@u-picardie.fr
  • Prochaine rentrée : lundi 4 septembre 2017

Trois vidéos pour en savoir plus :