Agroalimentaire : les entreprises françaises relèvent le défi de l'innovation
©Xavier Remongin/Min.agri.fr
Innover dans le secteur de l’agroalimentaire, est-ce possible ? Plusieurs entreprises sont venues partager leurs belles réussites autour du colloque sur l’innovation et la créativité des industries agroalimentaires au Hub de Bpifrance, le 15 mars dernier. Retour sur la créativité de nos entreprises françaises.

L’innovation, c’est quoi ? Les entrepreneurs se plaisent à définir l'innovation comme quelque chose de « nouveau et qui marche » et précisent que dans l’agroalimentaire, l’innovation « c’est du bon et du beau ». L’innovation c’est la création d’un avantage concurrentiel par un nouveau produit ou service, une nouvelle organisation ou un nouveau procédé. Elle se caractérise par un succès commercial ou sociétal qui se distingue de l’invention en solutionnant un problème donné par une méthode, une technique, un bien ou un service.

Ils l’ont fait !

ICI&LA est une jeune entreprise innovante du secteur agroalimentaire fondée à Lyon par deux ingénieurs, Benoît Plisson et Emmanuel Brehier, après avoir remporté le concours Ecotrophelia France et Europe en 2013. Innovante car elle a pour objectif de remettre au goût du jour les légumineuses dans l’alimentation des Français en passant par des produits que nous connaissons tous. Des steaks aux lentilles vertes, des nuggets aux pois chiches, des boulettes aux haricots blancs, ça vous dit ? A partir de ces trois légumineuses issus de l’agriculture biologique, ces jeunes entrepreneurs les transforment pour les vendre ensuite à la restauration collective. L’aspect gustatif est mis en avant dans des plats du quotidien, mais l’aspect nutritionnel est tout aussi important car les légumineuses ont la faculté d’être une autre source de protéines que la viande. L’entreprise s’inscrit dans une démarche contemporaine de démocratisation de la consommation des produits riches en protéines végétales autour du concept du « manger autrement ».

Innovation, produits riches en protéines, alimentation durable sont les maître-mots de cette start’up dans l’air du temps.

Comment allier une viande bovine charolaise de haute qualité dans un processus de transformation industrielle ?

C’est le challenge de l’entreprise Puigrenier qui a été créée en 1976 à Montluçon par Jean Puigrenier. Cette entreprise de 300 salariés au cœur de l’Auvergne – région de l’excellence de la viande bovine française – a industrialisé des procédés autrefois artisanaux pour produire en quantité des produits finis de qualité. Puigrenier a réussi avec succès à industrialiser la technique de fabrication du tartare au couteau pour le plus grand plaisir de ses clients. L’entreprise familiale ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle propose également de la viande sur os maturée de 21 jours minimum d’affinage en chambre froide sur la base d’un système de salaison. Une usine dédiée à la maturation a été construite. La viande est issue de l’élevage traditionnel et en particulier de la race charolaise. L’entreprise pousse les agriculteurs à se convertir à l’agriculture biologique pour une viande toujours plus authentique.
L’innovation est au cœur de la stratégie de l’entreprise puisqu’elle est lauréate de l’appel à projet du Programme des investissements d’avenir « Reconquête de la compétitivité des abattoirs et ateliers de découpe » du P3A de FranceAgrimer pour son projet de construction d’une unité d’affinage de viandes en utilisant des procédés empruntés aux technologies de salaisons sèches en partenariat avec l’ADIV, Centre technique français de la viande basé à Clermont-Ferrand.

Une viande haut de gamme qui respecte la tradition et les terroirs tout en modernisant les procédés.

Comment trouver de la nourriture pour bébé de qualité, de manière accessible et pratique pour les parents ?

YOOJI propose à ses clients des palets surgelés de purée pour enfants à base de légumes bio, de poissons issus de la pêche durable, sans additif, sans conservateur, sans sel ajouté, sans gluten et le tout cuisiné en France. Voilà beaucoup de critères intéressants pour de jeunes parents soucieux d’éveiller les papilles de leurs enfants tout en alliant une alimentation saine et équilibrée. L’aventure a commencé à six et réunit aujourd’hui près d’une vingtaine de personnes. YOOJI arrive petit à petit à convaincre la grande distribution de lui faire une place pour le bonheur des parents et des enfants. L’entreprise est lauréate de l’appel à projet PIAVE AGRO de Bpifrance dans le cadre du programme des investissements d’avenir pour son projet de construction d’une usine du futur et de développement d’une nouvelle offre sur le marché des aliments infantiles.

Comment financer ces innovations ?

Il y a une sous-utilisation des dispositifs publics par les entreprises innovantes du secteur agroalimentaire. Et pourtant, de nombreux financement sont possibles comme le crédit d’impôt recherche (CIR) et le Crédit d’impôt innovation (CII), les aides à l’innovation de Bpifrance, ou encore le Programme PIA (programme d’investissements d’avenir) et ses appels à projets dont le P3A opéré par FranceAgriMer.

 

Chiffres clés de l'innovation alimentaire :

  • 3000 produits nouveaux par an (XTC)
  • Tous les 5 ans, un demi-supermarché est renouvelé (XTC)
  • 61 % des entreprises ont déclaré innover en 2010 (Agreste)
  • Crédit impôt recherche : 1er guichet de financement de la RD dans le secteur alimentaire (46M€ en 2011)
  • 62 M€ de financements à l'innovation accordés au secteur par Bpifrance en 2015 (ensemble des dispositifs nationaux de soutien direct à la filière a agricole et agroalimentaire)
  • 2/3 des innovations ont des effets positifs sur l'environnement (Agreste)
  • 20 % des industries agroalimentaires contre 16 % dans les autres secteurs mettent un produit nouveau sur le marché chaque année (Agreste)