Un budget de responsabilité qui participe à la maîtrise de la dépense publique
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Afin de renforcer la réactivité de l’action publique face aux aléas, une provision pour aléas de 300 M€ est inscrite pour la première fois dès le projet de loi de finances initiale dans le budget du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Cette provision doit permettre de couvrir, tout au long de l’année 2018, d’éventuelles crises économiques, sanitaires ou climatiques affectant le secteur agricole, ainsi que les pénalités imposées par la Commission européenne.

En maintenant en valeur, à périmètre comparable, le montant de ses crédits au niveau de 2017, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation participe à l’effort budgétaire collectif voulu par le Président de la République pour respecter l’objectif d’un déficit inférieur à 3% du PIB et d'une baisse progressive du taux de dépense publique.

La baisse des effectifs du ministère, hors enseignement et hors sécurité sanitaire, contribuera également à cet effort de réduction des dépenses publiques. elle sera poursuivie les années suivantes, à hauteur de 2% par an. Cette baisse portera également sur les établissements publics administratifs rattachés au ministère, dans les mêmes proportions.