Sécheresse : une mobilisation générale pour aider les agriculteurs
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Augmentation du taux d'avance des aides PAC, exploitation exceptionnelle des jachères, organisation de la solidarité dans les territoires… Face à la sécheresse, le Gouvernement a présenté un plan de mobilisation pour accompagner et aider le monde agricole.

Difficiles à prévoir et lourds en conséquence, les aléas climatiques comme la sécheresse touchent durement le monde agricole. Face à ce constat, Didier Guillaume a annoncé plusieurs mesures pour « aider les agriculteurs en difficulté à passer ce cap difficile, notamment ceux qui ont du mal à nourrir leurs bêtes ou utilisent déjà les stocks de foin qui devaient être gardés pour cet automne et cet hiver ».

Le 25 juillet 2019, la Commission européenne a répondu positivement aux sollicitations de la France et marque ainsi son soutien aux agriculteurs confrontés aux vagues de sécheresse qui frappent l'Europe.

33 départements autorisés à exploiter les jachères

La France a obtenu de la Commission européenne la dérogation indispensable permettant le fauchage de toutes les jachères comptabilisées comme surfaces d’intérêt écologique (SIE), y compris des céréaliers, dans les 33 départements dans lesquels le cas de force majeure a été reconnu :

  •  Auvergne-Rhône-Alpes : Ain, Allier, Ardèche, Cantal, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône
  •  Bourgogne-Franche-Comté : Haute-Savoie, Nièvre
  •  Centre-Val de Loire : Cher, Indre, Loiret, Loir-et-Cher
  •  Grand Est : Haut-Rhin
  •  Nouvelle-Aquitaine : Creuse
  •  Occitanie : Ariège, Aude, Gard, Haute-Garonne, Gers, Hérault, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne
  •  Provence-Alpes-Côte d'Azur : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse

Afin de pouvoir nourrir leurs animaux, les agriculteurs disposent ainsi d'une plus grande souplesse quant à l'utilisation de terres qui, en temps normal, ne sont pas utilisées à des fins de production.

Un pourcentage plus élevé des avances d’aides PAC

Les agriculteurs pourront recevoir un pourcentage plus élevé de leurs avances d’aides PAC en matière de paiements directs et paiements au titre du développement rural. Le dispositif de calamité agricole sera à nouveau réactivé a également déclaré le ministre et les sommes seront débloquées dès cet automne. L’an dernier, ce dispositif avait permis de « débloquer 196 millions d’euros en faveur des exploitants ».

En parallèle de ces aides ponctuelles, une large concertation a été lancée avec les exploitants agricoles, les banques, les assurances et le Gouvernement « dont j’espère qu’elle aboutira cet hiver, afin de voir s’il est possible de mettre sur pied une assurance généralisée et mutualisée, au cas où un agriculteur perdrait sa récolte, par exemple » a précisé Didier Guillaume dans Le Parisien du 21 juillet 2019.

Une solidarité organisée entre les territoires

Cette autorisation exceptionnelle donnera les moyens de mettre en œuvre la solidarité entre agriculteurs face aux aléas climatiques.

Sur ce sujet, le Gouvernement travaille également avec les chambres d’agriculture pour identifier précisément « les ressources disponibles – foin ou paille excédentaire –, afin d’organiser des flux de solidarité entre département » a annoncé Didier Guillaume.

Certains agriculteurs ont tendance à broyer les pailles pour les méthaniser car cette pratique permet de créer de l’énergie pour l’exploitation de leur ferme. Le ministre les appelle plutôt à utiliser ces pailles directement pour les litières des animaux étant donné le contexte de sécheresse.

Voir aussi